Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 15:34

Après plusieurs mois d'inactivité pour différentes raisons, le blog revient.

Fatigué de lire ici ou là des conneries sur les rroms vivant dans les squats bordelais, j'essaierai de vous donner mon avis sur la situation réelle que beaucoup pensent connaître en prenant quelques infos chez les uns ou chez les autres, pas toujours bien informés eux-mêmes. Ensuite, ils font de la communication avec ces informations et ces idées, souvent de la communication politique uniquement.

Vous l'avez compris, ce n'est pas de la "com" que l'ont veut mais bien des actes et un véritable engagement. J'y reviendrai...

Et puis il y a aussi les élections qui approchent. Tout d'abord le casting socialiste, ensuite les élections présidentielles et législatives. J'aime trop ces périodes pour ne pas m'impliquer et vous raconter un peu ce qui se passe dans les coulisses.

Mais il y a aussi les petits détails qui nous empoisonnent parfois la vie, des situations drôles, des moments uniques.Tout cela sera dans les prochains posts du blog.

Merci de votre fidélité et comme ont dit chez moi, "revenez toujours" !

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Divers
commenter cet article
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 03:16

En politique, il y a ceux qui ne respectent pas leur parole et ceux qui ne respectent pas leur parole !

Je suis surpris que journalistes et politiques soient étonnés, même choqués, que le nouveau ministre de la défense ne respecte pas la parole donnée aux bordelais de rester maire à temps complet et de ne pas entrer au gouvernement.

Que le citoyen lambda soit surpris, je peux le comprendre. Mais les professionnels, ceux qui ont l'habitude de ce monde à part, je trouve cela étrange.

Personnellement, cela ne me choque pas que Alain Juppé ait accepté le poste de numéro deux du gouvernement car je pense que les services de la mairie de Bordeaux sont assez bien encadrés pour fonctionner sans la présence permanente du maire. Le directeur de cabinet tout comme le secrétaire général sont des professionnels compétents qui, de plus, bénéficient de l'entière confiance de Alain Juppé.alainjuppe

Je pense même que la présence de Juppé à Paris peut être un plus pour la ville et même la région.

Mais à Bordeaux, ceux qui faisaient leur actualité sur les agissements du maire doivent être déçus. Ils devront trouver une nouvelle méthode non seulement parce que leur cible est lointaine mais surtout parce qu'un ministre a un autre accès aux médias que ne l'a un maire, fut-il un ancien premier ministre.

Et ses adversaires ont du souci à se faire car un plan de communication bien préparé passera dans les médias non comme du temps d'antenne lors d'une campagne électorale mais comme de la communication d'un ministre, ce qui réduit au silence les adversaires.

Ce ne seront pas quelques blogs qui feront le poids même lorsqu'ils sont écrits avec talent par ceux qui rêvent secrètement d'être maire de Bordeaux.

Oui, les politiques ont ce défaut, ils veulent tous les mandats et surtout ceux qu'ils n'ont jamais occupés. Dans le cas de la mairie de Bordeaux, Alain Juppé semble vouloir se représenter en 2014. En face, il y aura certainement Nöel Mamère, qui est prêt à abandonner Bègles mais aussi, sinon Vincent Feltesse qui doit préparer l'embuscade, au moins Michèle Delaunay qui a du maudire Alain Rousset d'être venu gâcher une chance en 2008.

La participation de Alain Juppé au gouvernement pourrait être une chance pour la gauche si elle savait s'organiser dès maintenant comme cela peut-être un obstacle de par le poids médiatique de Alain Juppé. Mais à mon avis, les candidats PS sont mal partis, n'étant même pas capables de mettre en place depuis 2007 ce qui devait être l'outil de conquête de la ville, le Conseil Socialiste de Bordeaux, présidé par Michèle Delaunay.

Alain Juppé a beau être devenu la cible mais à quoi bon si en face les troupes ne savent pas tirer et surtout si elles n'ont pas de chefs capables de les rassembler, d'autant plus que Vincent Feltesse ne devrait pas prendre le risque d'être candidat à Bordeaux tant que Alain Juppé sera candidat. Une défaite aurait des conséquences énormes dans sa carrière politique.

Dans les mois qui viennent les attaques ne manqueront pas mais je doute que la cible soit atteinte.

 

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Divers
commenter cet article
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 01:04

Depuis quelques temps, Alain Juppé est devenu le personnage central des conversations des politiques bordelais.
Ira-t-il ou n'ira-t-il pas à Paris ? Si oui, dans quel ministère ?

Voilà la question que tout le monde se pose. Tout le monde... ou presque !

En réalité, cela n'intéresse que les politiques et les journalistes, les bordelais d'en bas se foutent pas mal de l'éventuel destin parisien de leur maire.

Alors, chacun y va de son pronostic. Les proches (et moins proches) du maire aimeraient que Juppé prenne des responsabilités à Paris, certains parce qu'ils aimeraient voir leur chef non seulement avec plus de responsabilités mais aussi en meilleure position pour 2012, les autres trop contents de se débarrasser d'un maire exigeant avec son équipe et qui n'hésite pas à désavouer ses collaborateurs lorsque les résultats ne sont pas visibles. roulette-russe.jpg

Dans l'opposition, certains ont calé leur vie sur celle du maire de Bordeaux et chaque mouvement de respiration de Alain Juppé fait battre le coeur de ceux qui le détestent tout en ayant besoin de lui comme un jeune arbre a besoin d'un tuteur.

Exister à travers Alain Juppé est devenu le sport favori de certains élus. Au lieu de provoquer l'évènement, ils régissent à l'actualité du maire, comme si la vie politique bordelaise sans lui ne pouvait avoir de but.

Alors, on aimerait qu'il s'en aille tout en lui reprochant d'accepter un poste ministériel.

Pourtant, son absence de Bordeaux pourrait le mettre en danger pour une réélection au niveau local, surtout qu'il a déclaré haut et fort qu'il serait maire à plein temps comme le souhaitaient les bordelais. Sa meilleure opposante (je devrais dire suiveuse), a elle aussi fait des déclarations de mandat unique tout en s'accrochant à ses mandats comme une sangsue s'accroche à sa victime.

Mais Juppé, comme nous tous, vieillit. S'il rate son rendez-vous avec l'Histoire et avec les français, il s'en voudra tout le reste de sa vie. Il sera candidat à la présidence et seul un ministère lui permettra de s'attirer la sympathie des français.

Ne vos étonnez donc pas qu'il ne soit pas candidat aux législatives de 2012.

Non, Michèle Delaunay ne l'a peut-être pas compris, mais ce ne sera pas contre Juppé qu'elle aura à se battre en 2012.

Juppé mettra toutes ses troupes sur le deuxième canton pour le reprendre à celle qui lui a pris son siège de député mais il n'ira pas au combat pour la deuxième circoncription. Et c'est bien pour cela qu'il veut aller à Paris.

Mais à Paris, dans quel ministère ?

C'est là que cela devient drôle car on le voit partout. Juppé aux affaires étrangères, Juppé aux finances, Juppé aux affaires sociales, Juppé à l'écologie.

Pourtant, personne n'a pensé à Juppé aux relations avec le parlement, poste qu'il prendrait avec plaisir non seulement pour renforcer son réseau d'influence mais aussi pour avoir le plaisir d'évoquer certains dossiers avec la députée de Bordeaux.

La situation risque de se compliquer si on continue à le voir partout. Il se trouvera certainement en difficulté, quel que soit le ministère, comme s'il devait jouer à la roulette russe. A force d'appuyer sur la gâchette, la balle finit par partir, atteignant le tireur et faisant de considérables dégâts.

Le roulette parisienne pourrait être dangereuse pour le maire de Bordeaux, à moins qu'il soit capable de substituer la balle réelle par une balle à blanc.

Mais Juppé est assez malin pour cela, même s'il a du mal à s'entourer de collaborateurs aussi astucieux que lui.

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Divers
commenter cet article
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 23:10

Zoé Shepard vient d'être déboutée par Tribunal Administratif de Bordeaux de sa demande en référé concernant la suspension de la sanction qui lui a été infligée par le conseil de discipline du Conseil Régional d'Aquitaine.

Je ne vais pas ici vous raconter le feuilleton de l'affaire car je suppose que vous le connaissez tous. Cependant, je suis un peu choqué par cette affaire et cela pour diverses raisons.

Tout d'abord, alors que Zoé Shepard n'a jamais parlé dans son livre de la collectivité territoriale où elle travaillait, certains se sont reconnus dans ce qu'elle a écrit. Des propos tellement justes que, alors qu'il y a 22 régions en France, 100 départements et 36 682 communes, ses collègues de travail se sont reconnus dans ce qu'elle a raconté. Très forte Zoé !

Que des surnoms, quelques histoires, vraies ou pas, une méthode de travail (ou plutôt de présence) et ces perspicaces fonctionnaires du Conseil Régional d'Aquitaine ont compris qu'ils étaient les vedettes du feuilleton.

Mais tout cela aurait pu en rester là mais, encore une fois, les conseillers de Alain Rousset n'ont rien compris à la situation. Tout le bruit qui a été fait autour de cette affaire a été préjudiciable pour le Conseil Régional d'Aquitaine et a permis de faire une belle publicité au livre de Zoé Shepard qui, sans cela, serait resté certainement confidentiel.

Et puis, il y a eu cette façon de régler le problème. Qui faisait partie de cette commission destinée à la juger ? Comment des membres du Conseil Régional pouvaient-ils être neutres alors qu'il s'agissait de statuer sur le sort d'un agent qui a craché dans la soupe et a éclaboussé l'institution avec ce scandale ?

N'y avait-il pas d'autre solution que de partir à l'affrontement ? N'a-t-on pas compris que Aurélie Boullet n'avait plus rien à perdre et qu'elle irait au bout de sa démarche ?

Du côté de Zoé Shepard, j'ai l'impression qu'elle a mal géré cette affaire. Non seulement elle aurait pu augmenter sensiblement les ventes de son livre avec deux ou trois révélations croustillantes dont elle n'a pas parlé dans le livre et qui auraient pu faire comprendre à ses détracteurs que le livre pouvait avoir une suite mais elle s'est aussi engagée dans une procédure en référé qui ne pouvait la mener nulle part. Les recettes de son livre compensent son manque de salaire pendant ces quatre mois de suspension.

Elle aurait du attendre sagement le jugement sur le fond qui risque de lui donner raison.

Alain Rousset, le président de la région Aquitaine, a eu certainement beaucoup de mal pour prendre une décision dans le climat qui régnait au sein de sa collectivité. Beaucoup voulaient la peau de Zoé Shepard, faute de pouvoir la brûler sur la place publique, mais l'opinion publique aurait vu d'un très mauvais oeil une sanction sévère de celle qui a osé dénoncer un système, d'avoir écrit ce que les français pensent des fonctionnaires. Et puis, certains fonctionnaires, ceux qui travaillent et qui ont aussi les plus bas salaires, les catégories C, n'étaient pas mécontents de toute cette médiatisation.

Il me semble, pourtant, que Alain Rousset a raté l'occasion de mettre de l'ordre au Conseil Régional. Cette affaire aurait du l'inciter à demander un audit sur ses services, de faire le point sur les embauches des copains et du véritable travail accompli par ceux-ci. Il suffit de voir certains profils Facebook pour comprendre la situation.

J'avais envisagé, dans ce blog, de parler des dysfonctionnements aussi bien au Conseil Régional d'Aquitaine qu'au Conseil Général de la Gironde. Les preuves ne m'ont jamais été remises par les personnes qui me les avaient promises. Zoé a parlé de ce qui se passe au Conseil Régional mais je peux vous assurer que personne n'osera jamais raconter la vie au Conseil Général.

Vivement 2014 !

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Divers
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 00:15

La Cour de Justice de la République (CJR) a la particularité d'être composée d'élus et de magistrats et ne comparaissent devant elle que des anciens ministres ayant commis des infractions pendant l'exercice de leurs fonctions. Elle est composée de 12 parlementaires et de 3 magistrats professionnels.

La récente comparution de Charles Pasqua devant la CJR et le jugement rendu par celle-ci prouvent que la CJR est une institution destinée à protéger les politiques, un tribunal pour amis en quelque sorte.

Dans l'affaire Pasqua, la CJR a été jusqu'à relaxer l'ex-ministre dans une affaire où il avait pourtant été condamné par un véritable tribunal. D'ailleurs, depuis sa création en 1993, la CJR n'a jamais prononcé de peines de prison ferme à l'encontre d'aucun des six ministres qu'elle a eu à juger.

Devant la clémence de cette juridiction d'exception, quand on compare aux peines infligées par de petits délits dans les tribunaux ordinaires, on est en droit de se demander s'il ne faut pas supprimer la Cour de Justice de la République. Robert Badinter et Eva Joly se sont déjà prononcés dans ce sens mais les parlementaires ne semblent pas pressés de se poser la question.

Si jamais elle n'est pas supprimée, il faut au moins la réformer aussi bien dans sa composition que dans son fonctionnement. Pourquoi ne ferait-on pas y sièger des citoyens comme à la Cour d'Assises ?

Le peuple a perdu confiance dans les politiques et des jugements comme celui qui vient de rendre la CJR ne feront qu'accentuer cette méfiance. Comment imaginer que des parlementaires, parfois amis de celui que la cour doit juger, pourront prendre une décision impartiale ? Seuls des juges d'un tribunal ordinaire, libres de leurs décisions, indépendants et n'ayant pas de liens avec les politiques sont à même de faire ce type de travail. Comme je l'ai évoqué, on peut y associer des citoyens, car un ministre ne doit pas être un personnage d'exception, jugé par une juridiction d'exception.

Mais le chemin sera long, les années passeront et la CJR continuera à juger un ministre tous les 3 ou 4 ans afin qu'il ne soit pas mis entre les mains de vrais juges qui ne comprennent rien à la politique. Pourtant, à la différence des politiques, ils s'y connaissent en droit et ont souvent le courage de juger ceux qui se croient au dessus des lois.


Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Divers
commenter cet article
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 00:47

Le dernier livre de Florence Aubenas, "Le Quai de Ouistreham", a semble-t-il sensibilisé Michèle Delaunay aux conditions de travail des femmes de ménage qu'on appelle "agents d'entretien" parce que cela fait plus moderne.

J'ai eu à côtoyer quelques vieilles bourgeoises bordelaises et je ne les ai jamais entendu parler de leur agent d'entretien mais de leur femme de ménage. Cela fait certainement plus chic d'avoir une femme de ménage qu'un agent d'entretien. Pour ce qui est de Michèle Delaunay, elle n'utilise jamais ni l'une ni l'autre appellation car quand elle parle de sa femme de ménage, elle dit uniquement son prénom : Rosa !

Rosa est portugaise et comme beaucoup de femmes de ménage, discrète et presque timide.

Mais Michèle Delaunay ne s'intéresse pas aux femmes de ménage comme Rosa. Ce sont surtout les agents d'entretien qui la préoccupent, celles qui doivent nettoyer les bureaux de l'Assemblée Nationale ou de la CUB avant ou après les heures de bureau.

Sensible aux problèmes que cela peut engendrer dans leur vie familiale, elle a demandé que celles-ci puissent travailler pendant les heures de bureau. Ailleurs, c'est possible, alors pourquoi pas à Bordeaux ou à l'assemblée ?

Je suis sur que cela part d'un bon sentiment mais comme souvent, elle a été maladroite dans sa demande. Il est évident que les agents d'entretien des collectivités ou de l'état ne sont pas les mieux lotis des agents mais est-ce qu'elles ont de plus mauvaises conditions que celles de ces femmes de ménage travaillant dans le privé, pas toujours déclarées, souvent dans des conditions assez difficiles ?

Je me rappelle de cette femme de ménage que sa "patronne" obligeait à faire la lessive à la main alors qu'elle avait un lave-linge et ensuite avec l'eau de la lessive, ou celle de la vaisselle, arroser les plantes du jardin.

Des histoires de femmes de ménage et de "patronnes", je pourrais vous en raconter quelques unes, car j'en ai entendu pas mal par les portugaises qui sont au service des bordelaises des beaux quartiers.

Bizarrement, Michèle Delaunay a oublié d'interpeller le président du Conseil Général, où elle est élue, sur les conditions de ses agents d'entretien. Mais je suis mauvaise langue et peut-être que tout se passe bien ou peut-être qu'il n'y a pas d'agents d'entretien. Il est certainement plus facile de s'adresser au président de la CUB qu'aux présidents du Conseil Général ou du Conseil Régional.

En même temps, cela me fait penser que ces emplois, comme beaucoup d'autres pour lesquels on a du mal à trouver de la main d'oeuvre, sont presque toujours payés au lance-pierres, ce qui fait que les gens ne se précipitent pas pour se faire embaucher.

Bas salaires, mauvaises conditions de travail, travail à temps partiel et après les patrons s'étonnent que personne ne veut ces postes-là. Par exemple, les femmes de ménage qui travaillent chez les particuliers ont parfois deux ou trois heures de travail dans un quartier, encore deux ou trois dans un autre et entre les deux il faut courir pour ne pas rater un bus ou deux. Bien sur, les déplacements ne sont pas payés.

On cherche aujourd'hui des serveurs, des ouvriers agricoles, des aide-ménagères, des commerciaux dans beaucoup de bassins d'emploi dont celui de Bordeaux. Mais qui aimerait gagner le Smic et débaucher à minuit ou deux heures du matin, qui aimerait travailler à l'extérieur par grand froid ou grosses chaleurs sachant qu'en fin de vie il touchera une retraite de misère qui ne lui permettra même pas de vivre dignement ? Qui aimerait travailler sans être sur d'être payé, après avoir engagé des frais pour ses déplacements parce qu'un patron ne vous assure pas un salaire ni ne vous fournit une voiture pour aller voir vos clients ? Parfois il y a la voiture mais le commercial doit payer tous les mois une mensualité à l'employeur. C'est un peu comme si vous deviez payer pour utiliser l'ordinateur, le fax ou le photocopieur au bureau.

Je suis toujours surpris des réactions des politiques quand ils font semblant de découvrir ces situations, comme si elles étaient nouvelles. Je suis surpris aussi que les journalistes s'en fassent l'écho alors qu'ils ne cherchent pas à rencontrer ces gens à la vie si ordinaire que cela étonne qu'une journaliste comme Aubenas s'y intéresse.

Pour écrire son article, j'aurais aimé que le journaliste demande l'avis de Rosa...

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Divers
commenter cet article
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 16:36

parti-de-droite.jpg

 

 

parti-de-droite1.jpg

Pour tous ceux qui sont déçus de la gauche, du centre ou même de la droite sarkozyste, voilà une alternative.

Comment ça, vous n'en avez jamais entendu parler ?

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Divers
commenter cet article
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 09:10
Parfois c'est terrible de vieillir et je me demande si ce n'est pas pour cette raison qu'on fête les anniversaires afin de mieux passer ce moment difficile qui revient tous les ans.

A l'occasion de l'anniversaire d'un ami, fidèle à mes habitudes, je veux lui rappeler que cela fait un petit moment que je suis rendu compte qu'il vieillissait mal.

Il n'y a pas si longtemps que ça, il tenait le coup jusqu'à deux heures du matin, lorsque nous allions coller des affiches ensemble, et parfois la nuit continuait au restaurant jusqu'à cinq, six ou même sept heures du matin.

Il y a deux ou trois mois, j'ai compris vraiment qu'il vieillissait. Et mal !

Il est parti se coucher à onze heures du soir. Là, je me suis dit, il est fini le pauvre. Il vieillit.

J'ose espérer que ce n'était qu'un coup de fatigue et qu'on aura encore l'occasion de boire quelques bouteilles ensemble et cela jusqu'au petit matin. En compagnie de sa chérie, bien sur.

Joyeux Anniversaire !


Nota : L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Mais il faut bien mourir de quelque chose...
Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Divers
commenter cet article
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 13:55

Depuis dimanche dernier et les résultats du PS aux élections européennes, presque tout le monde parle de rassembler la gauche.

Les socialistes les premiers surtout qu'ils se sont rendus compte qu'il y avait le feu dans la maison. Les militants s'en vont ou votent vert comme beaucoup d'ex-électeurs socialistes, l'amour entre le peuple et le PS n'est plus au beau fixe.

Certains nous diront que les élections européennes ont peu d'importance et ne reflètent pas le véritable vote des français. Ils oublient de nous dire que 
les français avaient la possibilité d'exprimer leur soutien au PS mais qu'ils n'ont pas voulu le faire.

 

Oui, il y a une rupture entre les français et le PS. Elle est certainement la conséquence du triste spectacle qu'ont donné les socialistes à l'occasion du congrès de Reims ou de l'après présidentielle.

Le PS paye ses luttes internes, son incapacité à se renouveler, son mépris de la diversité de la société française. Oui, le PS est un parti où les minorités n'ont pas leur place et je dois dire que sur ce point, l'UMP est bien loin devant.

Le temps est donc au rassemblement. Mais, autour de qui ?

Des verts, qui ont obtenu les meilleurs résultats aux dernières élections ? Du Front de Gauche, toute nouvelle force ? Du NPA et de son leader médiatique ?

Rien de tout cela. Du PS bien sur, car au PS on ne peut pas laisser la place de leader à personne d'autre. Il veut toujours imposer ses conditions à ceux dont il a besoin et avec lesquels il ne dialogue que lors des marchandages électoraux.

Aujourd'hui le PS n'est plus en position de force et il est temps qu'il le comprenne. La création d'une grande force de gauche passe par le respect de ses partenaires, à égalité et non pas sur les gloires passées.

Rassembler la gauche implique aussi l'acceptation d'un leader qui ne soit pas issu du PS. Les seigneurs socialistes sont-ils prêts à cela ? Je ne le pense pas.

Comme ils ne sont pas prêts non plus à se rassembler derrière José Bové, par exemple. Il est beaucoup trop trublion pour risquer de réveiller les militants endormis du PS. Il est beaucoup trop militant et médiatisé pour prendre le leadership d'une formation où beaucoup aimeraient avoir le poste du chef.

La rassemblement de la gauche n'est pas pour demain. D'ailleurs, pourquoi est-ce que seulement quelques mois après avoir quitté le PS, Mélenchon accepterait de revenir de nouveau sous le commandement socialiste ? Tout comme le PC qui souhaite depuis longtemps s'affranchir du parrainage socialiste.

Le PS pourra toujours créer une force avec le Modem, lui aussi à la dérive. Certains disent bien que le Modem est de gauche, non ? Cela ne devrait donc pas leur créer de problèmes pour se rassembler.

Je ne sais pas ce que feront les responsables des partis de gauche mais je leur conseille d'attendre que le PS donne des gages de changement, de militantisme, d'élaboration d'un programme économique et social digne de ce nom. Cela risque d'être long mais parfois la traversée du désert permet de se rendre compte de l'importance de l'eau.

Attendons aussi que les collectivités où la gauche est aux affaires (oui, oui, c'est comme cela qu'on dit), prennent de véritables décisions de gauche en faveur des gens. Au lieu de penser en permanence aux indemnités des élus qui parfois ne font pas grand chose à part les inaugurations, mettons en place par exemple une caution pour permettre à ceux qui n'ont pas de gros revenus de pouvoir se loger (par exemple, en Seine Maritime, le Conseil Général se porte caution pour tous ceux qui ont des revenus inférieurs à 1500 €/mois).

Mais il y a tellement d'autres choses à faire. Quand il y aura des actes, alors on pourra certainement parler de rassembler la gauche y compris avec les socialistes. Pour l'instant le PS n'est pas crédible et l'heure n'est pas à quémander l'appui des autres forces de gauche pour ensuite mieux assassiner le monde ouvrier.

Ah, c'est vrai, au PS il n'y a pas d'ouvriers.

(Tiens, je vous ai mis cette photo car je trouve qu'elle correspond bien à l'image de ce que pourrait être le rassemblement de la gauche française en ce moment).

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Divers
commenter cet article
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 12:00
Depuis de nombreuses années, les agences de communication font leur beurre des lacunes des autres dans ce domaine.

La communication est un art où il faut non seulement être très habile mais aussi créatif et malin.

La même information peut être comprise de mille façons selon l'interprétation qui est faite par celui qui la reçoit. Parfois, le message peut être complètement dénaturé ou même provoquer l'inverse du résultat désiré.

Cela arrive souvent avec les blogs, parce que nous ne sommes pas des professionnels et ne savons pas toujours mettre par écrit nos pensées.

Le rapport des politiques aux médias est un peu comme mes histoires d'amour. Je t'aime, moi non plus.

Chacun a besoin de l'autre, l'un pour passer son information, l'autre pour alimenter son moyen de subsistance. Mais cela se complique lorsque l'un deux ne joue pas son rôle, parfois sans arrière pensée, juste maladroitement parce qu'il en a pas compris les règles.

Ainsi, les moments "off" pour l'un ne le sont pas forcément pour l'autre et le résultat est parfois la naissance d'une méfiance où parfois d'une haine terrible.

Mais les problèmes de communication ne se posent pas seulement dans les médias. Dans les partis politiques, l'information est souvent injectée à petites doses, souvent retenue par quelques spécialistes du filtrage. L'information peut arriver de différents réseaux mais le destinataire final ne recevra que ce dont les responsables jugeront utile à son bien-être ou à son éducation.

C'est aussi une façon de protéger le militant de base d'un certain nombre d'informations qui pourraient créer la confusion dans son esprit.

D'autres fois, l'information est décalée dans le temps, souvent mise à jour avec un grand retard. C'est le cas avec le site du PS en Gironde, que j'ai visité suite au commentaire d'un visiteur de ce blog. J'ai pu remarquer que dans la liste des sections, la nouvelle section bordelaise, accouchée dans la douleur il est vrai grâce à la dynamique de Matthieu Rouveyre, n'est toujours pas prise en compte. Serait-elle une section clandestine, secrète ou bien ne veut-on pas que les habitants de ce secteur sachent qu'ils peuvent adhérer au PS dans une section propre à leur canton ?

Autre anomalie, le référencement des blogs des socialistes. Je comprends que le mien n'y soit pas référencé, beaucoup se posant la question de savoir si je suis socialiste en raison du contenu de mes billets. Mais beaucoup d'autres socialistes qui prêchent la bonne parole socialiste n'ont pas droit de cité dans le site. Seuls quelques élus un ou deux militants (dont un que je ne connais pas) ont cet honneur.

Des élus comme Alain Anziani, Martine Faure, Gilles Savary, François Deluga, Michel Sainte-Marie et j'en passe, mais aussi de militants socialistes ou des élus "moins importants" comme le blog de Désirs d'Avenir Lacanau, celui de Pierre Benayoun, Florence Lamarque, Emmanuelle Ajon, Jean-Michel Perez, Philippe Dorthe, Matthieu Rouveyre et encore bien d'autres, n'auraient-ils pas leur place dans ce site ?

Comme je vous le disais, communiquer n'est pas facile et dans ce cas je pense que c'est une grande maladresse. Le maillage du net doit permettre de faire la promotion de nos élus, de nos idées, de nos convictions, de nos programmes. La politique est un engagement collectif. Si on n'a pas compris cela, on n'a pas compris grand chose.

Puisque on parle de communication, à Bordeaux, vous aurez bientôt une agréable surprise. Je ne vous en dis pas plus (pour une fois).

Tiens, je m'arrête parce que c'est fou comme on part vite sur des sujets qu'on ne voulait pas aborder au départ.



Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Divers
commenter cet article

Présentation

  • : Mouette Rieuse
  • : Blog militant
  • Contact

Recherche