Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 14:26


454.jpgLibérons les trottoirs des poubelles ou la ville vue par les jeunes

441Promenade des oies après la tempête (Square Toussaint Louverture)

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Bordeaux ville
commenter cet article
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 16:29
Loue pour les vacances de février à Bordeaux, cabane avec vue imprenable sur la Garonne, sans eau, sans électricité et sans chauffage.

Conviendrait pour famille avec enfants, ceux-ci pourront pratiquer les arts plastiques (boue à volonté), la pêche ou les sports nautiques.

Proche de tout, la cabane est facile d'accès, transports en commun à proximité. Prix à débattre en fonction de la période de location. Si vous êtes emballés par le site, possibilité de vente ou d'échange contre appartement confortable.

344.jpg
Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Bordeaux ville
commenter cet article
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 13:46

Regards sur la ville...

349.jpg

 Marée haute

350.jpg

 Victime collatérale du VCUB

351.jpg

Capucins 8H du matin
352.jpgPagaille
353.jpgLe journal qui cache l'info (du tram)
334.jpgAbondance
333.jpgV3 solitaire
355.jpgBientôt...
Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Bordeaux ville
commenter cet article
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 20:12
Il était prêt à attaquer la mairie de Bordeaux au lance roquettes. Accompagné d'une jeune femme (non voilée), le "terroriste", se sentant démasqué, a pris la pose avec le sourire car il ne lui était même pas venu à l'esprit qu'on pouvait prendre son objet pour une arme de guerre.

Allez, je vous dis la vérité. Dans la housse, il avait des cannes à pêche... Vous avez eu peur, hein ?

335.jpg

Merci au "guerrier" pour sa gentillesse et son humour.
Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Bordeaux ville
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 14:06

Le fait d'être le restaurateur des présidents vous donne certains droits ou du moins de privilèges.

C'est devenu à la mode, les grands de ce pays (et même les petits), grands mangeurs ou habitués des salades sans sauce pour ne pas grossir, ils se rouent tous dans le restaurant le plus médiatisé de Bordeaux.

Tellement médiatisé que même le patron fait des émissions de télévision, entre autres choses, à se demander depuis combien de temps ils n'a pas cuisiné un plat pour ses clients.

Mais le restaurant tourne quand même, pour preuve les poubelles pleines que le restaurateur fait mettre sur le trottoir, à plus de 300 mètres du restaurant.

Aurait-il quelque chose à cacher pour les mettre si loin du restaurant ? Les mauvaises langues du quartier disent même que certains produits viennent d'une grande surface discount bien connue. Allez savoir...

Au passage, si vous vous promenez dans le quartier Sainte-Croix, vous pourrez remarquer l'état de propreté de la rue Porte de la Monnaie, où est situé La Tupina, ce qui est rare dans le reste du quartier.

Dans ma rue, il y a quelques années, ma secrétaire a eu l'occasion de compter dans une journée 18 passages des équipes de nettoyage. Aujourd'hui, comme dans beaucoup de rues de la ville, la rue est souvent sale, pleine de feuilles glissantes sur les trottoirs et de poubelles encombrantes.

Vivement que je devienne copain avec un président de la république. Même un ex. Et comme ils aiment bien venir manger dans le quartier, je vais inviter Giscard à dîner...

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Bordeaux ville
commenter cet article
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 13:32
Le journal Sud Ouest et sa rubrique "Le piéton de Bordeaux" ainsi que le blog du même nom relatent un fait qui devrait être l'objet d'une enquête plus approfondie.

Richard Zebulon, sur le blog Bordeaux Unesco, fait lui aussi état du comportement d'un propriétaire d'établissement de nuit, l'un des plus connus de Bordeaux.

Au moment où s'engage le débat sur les horaires d'ouverture des établissements de nuit, même s'il faut tenir compte des observations de ces professionnels de la distribution d'alcool, il serait bon de se pencher aussi sur certains de leurs comportements ou de leurs personnels.

Si un accord favorable aux établissements de nuit venait à prendre forme, je pense qu'il faudrait aussi mettre en place une charte avec des obligations pour ces commerçants.

On ne peut pas avoir uniquement les avantages sans les inconvénients. On ne peut pas porter atteinte à la santé publique, à l'ordre public et à la tranquillité des riverains sans s'engager à respecter un certain nombre de règles avec des pénalités si celles-ci ne sont pas respectées.

Parmi ces règles, l'accès pour tous aux établissements sans filtrage racial, interdiction de servir de l'alcool aux mineurs, ne pas servir d'alcool aux gens déjà alcoolisés, ne pas laisser entrer les gens déjà ivres, l'interdiction de servir de l'alcool en fin de nuit, etc, etc.

Je vous fais grâce de la transparence de la billetterie et autres déclarations fiscales, mon rôle n'étant pas de contrôler tour cela.

Il faudra aussi réfléchir à la consommation de produits stupéfiants dans certains établissements et au fonctionnement des afters, véritable fléau de santé publique.

Mais pour tout cela, il faudra avoir les moyens humains pour effectuer des contrôles, de la volonté pour les effectuer et d'engager des poursuites pour ceux qui ne respectent pas les règles.

Mais le monde de la nuit a beaucoup d'influence et d'argent, beaucoup d'amis aussi et ce n'est peut-être pas un hasard si autant de boîtes de nuit se sont installées à Paludate alors qu'on savait depuis longtemps que le quartier était destiné à devenir le quartier d'affaires que l'on connaît.

Tous les propriétaires de ces établissements ne manqueront pas de demander d'importantes indemnités d'expropriation lors de la mise sous chantier de ce quartier. Indemnités qui leur seront certainement accordées alors que personne n'a freiné le développement de ces établissements.

Encore une fois, c'est le contribuable qui paiera et tout le monde s'y retrouvera (sauf le contribuable bien sûr !).

J'espère que des voix se lèveront pour dénoncer le lobbying des patrons des établissements de nuit et que les pouvoir publics prendront des mesures dans l'intérêt général et non pas uniquement dans l'intérêt de quelques uns. Rappelez-vous de la baisse de la TVA.

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Bordeaux ville
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 17:59
Sujet polémique s'il en est, le logement social a été évoqué aujourd'hui au conseil municipal de Bordeaux avec la mise en cause de la politique de la société In Cité.

Société critiquée pour ses méthodes aussi bien par les élus que par les bordelais, certains ayant même interpellé Alain Juppé en pleurant lors d'un conseil de quartier, In Cité est une société financée par plusieurs collectivités locales mais aussi par des financements privés.

In Cié devrait faire du logement social mais il semble qu'elle cherche surtout à faire des bénéfices en vendant bien au dessus du prix du marché certains de ses immeubles.

Lors de cette séance du conseil municipal, Matthieu Rouveyre, piqué au vif par une critique au sujet de sa qualité d'administrateur d'In Cité et pour ses votes au conseil d'administration de cette société, a annoncé sa démission dès demain du conseil d'administration d'In Cité.

Pour ma part, je regrette qu'il n'ait pas médiatisé les méthodes de In Cité, lui qui avait accès aux dossiers en sa qualité de membre du conseil d'administration, qu'il n'ait pas fait savoir publiquement ce qui s'y passait et comment In Cité arrivait à s'imposer dans des quartiers comme Saint-Michel, dont il est l'élu.

Cette délibération a aussi été l'occasion de refaire la passe d'armes habituelle (certains appellent cela du cinéma) entre Fabien Robert et Matthieu Rouveyre qui donnent l'impression de ne pas avoir terminé leur campagne électorale ou bien d'avoir déjà commencé la prochaine.

Mais le plus ridicule a été surtout le moment du vote de cette délibération où, malgré deux appels au vote de Alain Juppé, personne n'a voté contre alors que le débat laissait supposer cette option.

Quelques minutes plus tard, le groupe socialiste a demandé à modifier son vote ce que le maire a refusé et a provoqué le départ des élus socialistes.

Soyons francs, Alain Juppé avait raison, les élus socialistes ont été bien légers lors de ce vote. La vidéo qui sera mise en ligne permettra de vérifier cette information.

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Bordeaux ville
commenter cet article
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 00:58

La ville de Bordeaux aime être particulière et cultive ses particularités.

En 2008, après sa réélection amoureuse par les bordelais, Alain Juppé a mis en place les maires-adjoints de quartier.

Dans une ville qu'on peut traverser à pied d'un bout à l'autre en une heure, on peut se demander l'utilité de ces nouveaux maires territoriaux si ce n'est pour deux raisons : la première, assurer un meilleur revenu aux heureux élus et la deuxième, le contrôle politique de ces territoires qui correspondent à chaque canton de Bordeaux.

Sur ce sujet, le but étant de reprendre des cantons au PS et avoir une meilleure représentation au Conseil Général. A plus long terme, sentant le système Madrelle faiblir comme l'a prouvé l'affaire de Blaye, l'UMP espère prendre le contrôle de cette administration si elle existe encore après la réforme des collectivités.

Les maires-adjoints bordelais sont un petit club d'élus, plus ou moins efficaces, d'où ressortent quelques spécialistes. Tout d'abord, les spécialistes de l'immobilisme et de l'inefficacité.

La palme revient à Alain Moga et à Muriel Parcelier. Aussi bien l'un que l'autre, très sympathiques au demeurant, sont capables de vous écouter pendant une heure, sans entendre, de prendre des notes sans jamais répondre à vos questions, de vous faire croire que vous êtes la personne la plus importante au monde sans vous préciser qu'en fait vous êtes dans des mondes parallèles où la communication est impossible.


Un peu plus loin vers le nord, Anne Marie Cazalet ou Nathalie Delattre sont celles qui doivent utiliser le plus de dentifrice tellement elles ont des dents longues et qui semblent les aiguiser en permanence pour être prêtes à défendre leurs territoires ongles et dents.

Défendre et surtout asseoir leur influence, tentant d'infiltrer tout groupe de plus de deux personnes, capables de créer la polémique pour donner l'impression d'exister alors que leur énergie serait tellement utile dans de vraies actions en faveur de la population.

Laurence Dessertine donne l'impression d'être le fantôme du Palais Rohan, incapable de s'affirmer dans cet immense canton bien trop peuplé pour elle, squatté par un ancien prince tombé en disgrâce pour avoir eu de trop grandes ambitions, qui attend que le roi le chasse pour quitter la vie politique. Dans son errance politique, ils est condamné à émigrer encore plus à droite ou bien à mourir.

Laurence Dessertine, donc, peu intéressée par sa mission au point d'installer sa mairie annexe de l'autre côté de la rue, juste dans l'arrière de la mairie, comme une écurie de château. Ajoutons à l'inutile le ridicule, parce que presque personne ne connaît l'existence de cette mairie et qui de plus est fermée très souvent.

A l'ouest, rien de nouveau. Ou presque. Pierre Lothaire peut se vanter d'être le maire adjoint ayant la plus grosse enveloppe à distribuer à son peuple (environ 100 000 €). Il faut bien remercier la ville annexée pour la fidélité de son vote depuis si longtemps. Pourtant, Caudéran, comme d'autres quartiers, a ses trottoirs en mauvais état, est mal desservi par les transports en commun.

Pierre Lothaire est donc un peu le maire que les caudéranais aimeraient avoir si l'histoire et Chaban Delmas n'en avaient décidé autrement.

Et puis il y les deux derniers. Les plus médiatisés certainement. Jean-Louis David en raison de ses responsabilités à la mairie et peut-être aussi de l'amitié que lui porte Richard Zebulon dans son blog.

Mais Jean-Louis David est surtout le maire du village de Saint-Augustin, auquel on a annexé les quartiers pauvres du côté de Victor Hugo ou Saint-Pierre. C'est tellement loin de Saint-Augustin, que chaque fois que le maire-adjoint s'y rend, il croit avoir passé la frontière.

Mais qu'est-ce qui lui a pris à Alain Juppé de lui imposer un si vaste territoire alors que lui, il demandait juste un petit village, avec sa poste et son église ?
 

A l'inverse, le plus jeune maire-adjoint, donne l'impression que son quartier (ses quartiers) est bien trop petit pour lui, lui qui aimerait bien avoir toute la ville.

Ou alors, par amitié pour le maire, la moitié. Par exemple la rive gauche. Juppé pourrait garder la rive droite. Avec ses obligations nationales, il n'a pas le temps de tout faire. Alors cela lui irait bien la rive droite. Il ne s'y passe rien même si on a des projets qu'on a du mal à mettre en route.

Fabien Robert, trop à l'étroit dans son territoire, a besoin de gesticuler pour donner l'impression qu'il agit. Comme beaucoup de jeunes de son âge, il a réponse à tout, il donne l'impression de vouloir tout changer, d'avoir un appétit d'ogre, capable de manger tous ses adversaires. Gentil mais maladroit, Fabien Robert est en train de brûler ses ailes tellement il veut s'approcher du soleil pour mieux briller.

Il constitue des réseaux composés de personnes plus ou moins intéressées qui seront les premières à l'abandoner si lui aussi tombait en disgrâce.

Fabien Robert est de moins en moins apprécié dans son quartier, aussi bien les commerçants, le monde associatif et même de ses amis politiques. Son handicap (ils est élu du Modem) ne peut que lui compliquer la vie surtout si les négociations entre le Modem et le PS ou les Verts aboutissent à une alliance.

Il aura beau clamer son amitié ou sa fidélité à Alain Jupé, il devrait alors changer de parti s'il veut continuer à prouver cet engagement. En même temps, je pense que pour tout un tas de raisons, Fabien Robert est un véritable centriste, capable de prendre position sur des sujets de société qui ne rapportent pas de votes.

Je sais que dès lundi, ça va s'agiter du côté des maires-djoints dont je viens de vous parler. Ils ont des fonctions qui leur imposent une obligation de résultat. Lorsqu'on a ces responsabilités et qu'on ne fait pas grand chose pour mériter la reconnaissance des ses administrés, il ne faut pas s'étonner de récolter des critiques.

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Bordeaux ville
commenter cet article
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 14:04

Dimanche 6 septembre à 00H45, la vente d'alcool continue en toute illégalité dans les épiceries situées quai Richelieu à Bordeaux, juste en face de l'arrêt de tramway Porte de Bourgogne.


L'emplacement est stratégique et rapporte gros étant donné que c'est à cette station que se croisent les deux lignes de tramway A et C, ligne C qui transporte les voyageurs nocturnes vers les boîtes de nuit du quai de Paludate.
 

Packs de bière, bières au détail, bouteilles de vodka, bouteilles de whisky, on peut acheter n'importe quel alcool dans ces épiceries et peut importe votre âge. L'important c'est de faire du chiffre d'affaires tout en étant assuré de ne pas avoir d'ennuis.

La vente d'alcool est interdite le soir dans les épiceries et pourtant nombreuses sont celles qui ne respectent pas cette interdiction. Pourquoi ? Certainement parce que les sanctions ne sont pas assez lourdes, que les contrôles ne sont pas réguliers et surtout que la volonté de faire appliquer cette interdiction n'est pas bien forte.

Pourtant, après le drame qui a eu lieu au mois d'août et qui a entraîné la mort de Dorian à côté de la station de tram Sainte-Croix, tout le monde s'est indigné que la violence puisse venir gâcher la fête des jeunes bordelais.

Tout le monde a semblé aussi découvrir cette violence nocturne que les habitants du quartier Sainte-Croix connaissent bien pour la subir tous les week-ends. Bagarres, bruit, poubelles renversées, voitures cassées, nous y sommes habitués et nous n'appelons même plus la police.

Comment ne pas accepter cette situation dont tout le monde semble s'accomoder et qu'on entretient en laissant faire n'importe quoi à des commerçants peu scrupuleux mais aussi à cette population de nuit qui ne respecte pas toujours les autres sous prétexte que c'est la fête.

Si un cafetier laisse boire un de ses clients jusqu'à ce qu'il se mette en danger, on pourra le lui reprocher. Si un épicier vend un carton de vodka, personne ne lui dira rien même s'il l'a fait en dehors des horaires autorisés.

Les bars ont des licences IV qui impliquent un certain nombre d'obligations pour ces professionnels qui, très souvent, savent gérer leur clientèle, la connaissent et savent quelles mesures prendre en cas d'abus. Dans le cas des épiceries, aucun lien entre le professionnel et le client. Souvent, d'ailleurs, le personnel assez jeune n'a que peu d'expérience pour gérer ce genre de situation.

Il n'est alors pas rare de voir, dans les rames de tramway assez bondées pour une heure tardive, des bouteilles d'alcool ou de soda, qu'on se passe dans les groupes.

Cette nuit, par exemple, un groupe de jeunes filles, une bouteille d'eau à la main, mais remplie d'un liquide sombre que j'imagine être un mélange d'alcool et de soda, faisaient tourner la bouteille de main en main, certainement pour accélérer le consommation avant l'entrée en boîte de nuit.

Mais on nous dira que le problème n'est pas là et lorsqu'il se passe des choses graves, c'est la faute à l'arrêté préfectoral qui oblige la fermeture des boîtes de nuit à 4 heures du matin. Plusieurs milliers de personnes se retrouvent ainsi dans la rue en attente de l'ouverture des afters.

Pauvres tenanciers, ils aimeraient bien avoir une heure de plus pour remplir encore plus leur tiroir caisse.

Et si on prenait le problème autrement ?

Par exemple, d'une part des sanctions importantes pour les établissements qui laissent entrer des mineurs non accompagnés et qui les laissent consommer de l'alcool à volonté pourvu qu'ils aient l'argent.

D'autre part, non seulement continuer la fermeture à 4 heures du matin mais aussi interdire l'ouverture des afters avant 7 ou 8 heures du matin avec interdiction absolue de vendre de l'alcool avant 10 heures du matin.

Les patrons des boîtes de nuit de Paludate ont beau gesticuler, ils sont bien les responsables de la situation et ne peuvent pas demander aux pouvoirs publics (état, mairie et police) de leur résoudre un problème qu'ils ont contribué à créer et même à entretenir.

La concentration des établissements de nuit à Paludate, le principe même du fonctionnement de certains établissements, la pression qui a été faite sur les habitants du quartier qui ont presque tous été obligés de déménager pour laisser le champ libre, ont fait que la situation est devenue parfois ingérable et source de problèmes pouvant entraîner la mort.

Paludate devait être un lieu de fête et est devenu un quartier à risques. Il est aussi un quartier de nuisances qui se propagent dans les quartiers voisins comme c'est le cas à Sainte-Croix.

Mais de tout cela, n'en parlez pas aux maires adjoints des quartiers concernés. Ni Alain Moga, ni Fabien Robert ni Jean-Louis David ne vous croiraient et vous risquez d'être pris pour un fou.

Le commerce continue, parfois la vie s'arrête et les hommes s'indignent. Le reste du temps, peux nombreux sont ceux qui lèvent leur voix pour dénoncer ce genre de situation.



Photo : Tâches de sang sur le banc où s'est déroulé le drame qui a entraîné la mort d'un jeune dans le quartier Ste-Croix
Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Bordeaux ville
commenter cet article
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 02:14
Ridicule, vous ne trouvez pas ? C'est aux Chartrons...

Instrument de torture ou fauteuil de coiffeur ? (rue Ste Catherine)

Besoin de signaler un immeuble habité tellement il y a des immeubles vides rue des Fours

Boîte aux lettres accueillante

Immeubles abandonnés rue des Fours
Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Bordeaux ville
commenter cet article

Présentation

  • : Mouette Rieuse
  • : Blog militant
  • Contact

Recherche