Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 15:47

Contrairement à ce que beaucoup pensent, les quartiers des Capucins et celui de Saint-Michel sont deux quartiers distincts, avec leur mentalité propre et des fonctionnements différents même si la population est identique.

Saint-Michel est le quartier où l'on vient pour rencontrer les gens, assis à la terrasse d'un des nombreux bars en buvant un thé à la menthe.

Aux Capus, on vient y faire son marché certes, mais on vient aussi pour s'y montrer, surtout le samedi et le dimanche matin.

C'est ce que font les politiques de tout bord, qu'ils soient élus du quartier ou pas.

Tout d'abord les deux maires adjoints de quartier, Fabien Robert et Alain Moga. Le premier habite dans le quartier, à quelques rues du marché, ce qui ne l'empêche pas de sortir son vélo, pour faire comme le maire. Il n'a pas vraiment une bonne image dans le quartier mais a le mérite de vivre là où il est élu.

Le second, habite loin de Bordeaux, vient avec sa grosse voiture allemande et se retrouve parfois bloqué dans la pagaille du samedi matin entre les Capus et St-Michel. Tout le monde le connaît aux Capus, sa famille y ayant fait fortune. Il est sympathique mais il faut dire peu efficace ce qui fait dire à certains, "si vous n'avez besoin de rien, vous pouvez le lui demander".

Toujours dans la majorité, le transfuge écolo, vert devenu bleu, Jean-François Berthou, élu de St-Michel mais inconnu des habitants du quartier, vient aussi de temps en temps se montrer. Promenade ingrate car peu de gens mettent un nom sur son visage.

Au Capus, la vedette est Jacques Respaud, le conseiller général de Bordeaux-Sud, est présent toutes les semaines et y fait ses courses, ce que les commerçants apprécient. Avec son sourire charmeur, il parle à tout le monde même à ceux dont il connaît l'hostilité. Respaud n'aime pas se fâcher avec les gens et défend depuis longtemps ce marché qui a connu des moments bien difficiles.

La conseillère régionale Naïma Charai a l'avantage d'être connue aussi bien aux Capus qu'à Saint-Michel, d'une part par le fait d'être d'origine maghrébine et d'autre part du faut d'être la suppléante de Noël Mamère, le député des Capus, où il ne met jamais les pieds.

Naïma doit être aussi l'élue qui a le plus de réseaux sur ces deux quartiers. Femme de terrain, elle a des contacts partout, elle connaît tout le monde par son prénom.

Matthieu Rouveyre, le conseiller général du coin (de St-Michel), est beaucoup moins connu même s'il a de bons contacts surtout dans les associations.

Michèle Delaunay, la députée dont la circonscription s'arrête juste de l'autre côté de la rue aux Capus, ne vient à Saint-Michel que lorsqu'il y a des campagnes électorales où des distributions importantes de tracts à faire.

Nathalie Victor-Retali, conseillère municipale communiste a aussi ses habitudes entre les Capus et Saint-Michel. Elle vient régulièrement le week-end.

Parfois, mais très rarement, on peut croiser d'autres élus, perdus dans le quartier la recherche d'une salle ou d'un restaurant, tellement ils ne connaissent pas le quartier.

Pourtant, ces deux quartiers populaires, mais surtout les Capus, ont été le lieu où les politiques devaient se montrer et Chaban Delmas y a gagné beaucoup d'élections.

Lors des campagnes électorales, c'est là que les politiques donnent rendez-vous aux médias, certains d'y trouver des gens, pouvant donner une image de proximité avec le peuple et surtout donner l'impression d'être comme tout le monde.

Les caméras parties, les candidats boivent parfois un coup et s'empressent de rentrer chez eux, dans leur monde bien loin de ces quartiers peuplés de pauvres, d'immigrés et quelques bobos ayant acheté des immeubles bon marché.

Les politiques ont tort de ne pas être plus présents dans ces deux quartiers, parce qu'un jour où l'autre tout le monde y passe et ils pourraient engranger des voix qui souvent vont à d'autres partis parce que, justement, ils reprochent aux élus leur abandon de cette population en dehors des campagnes électorales.

Cela fait un bon moment que je n'ai pas croisé d'élus dans ces quartiers, à part Naïma Charai (elle y habite aussi) mais les régionales approchant à grands pas, le défilé d'élus et de candidats ne saurait tarder.

Parce que ces quartiers sont encore stratégiques, à condition de savoir les prospecter, ils peuvent être aussi un énorme réservoir de voix pour ceux qui se donneront la peine de faire autre chose que de venir porter la bonne parole.

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Vie des quartiers
commenter cet article
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 15:09
Je veux, moi aussi, rendre un hommage au courage militant du maire de Billière.

L'image parle d'elle même. Pour savoir de quoi il s'agit, cliquez ici pour lire.

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Solidarité
commenter cet article
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 02:19
Les Verts Gironde prennent position dans la situation des rroms de l'agglomération bordelaise et demandent non seulement l'arrêt des expulsions mais appellent aussi à une politique plus humaine et efficace.

Ci-dessous leur communiqué de presse.


[Communiqué de Presse] Roms : l’exclusion n’est pas la solution
 
"Les Verts tiennent à préciser  leur position sur la situation actuelle des Roms dans l'agglomération bordelaise.
 
En la matière, la politique répressive du gouvernement constitue le contre-exemple absolu de ce qui devrait être mis en place, ce que par nature des élus de gauche devraient combattre.
 
Réagir par l’expulsion en ignorant les causes est sans aucun doute la pire des politiques. Localement, nous devons montrer un autre visage, une approche résolument différente. C'est pourquoi nous demandons l'arrêt immédiat des expulsions et notamment celles prévues à CENON.
 
Les expulsions déstabiliseraient encore un peu plus les familles déjà en extrême précarité.
 
Seule une véritable politique d’accueil avec  un accompagnement médical, social, sanitaire, une continuité dans la scolarisation des enfants et une recherche de logements permettraient d’éviter des situations indignes sur le plan humain telles que l’on peut les noter à Floirac, Cenon ou  à Bordeaux Benauge.
 
Contrairement aux idées reçues par un certain nombre d’élus, le sentiment général des habitants s’exprime pour une  vraie prise en charge humaine et sensible. Relayer l’expression du racisme à la française  n’est que le fait d’élites politiques attardées. 
 
C’est la misère mais aussi et surtout la discrimination dans leur propre pays qui pousse les peuples roms hors des frontières de la Roumanie.
 
Pour les Verts : il est essentiel d’engager une politique d’accueil cohérente et équilibrée au niveau de l’agglomération ainsi qu’au niveau européen.
 
Il ne s'agit pas d'accueillir 800 Roms à Bordeaux. Mais si chaque commune de l’agglomération prend sa part de responsabilité, comme c'est par exemple le  cas sur Lille Métropole, ce difficile dossier connaîtra une issue sensiblement plus humaine et efficace". 
 
Les Verts Gironde
 
Marie-Christine BOUTHEAU élue à CENON
Jean Hervé Le BARS et Martine CHEVAUCHERIE élus à FLOIRAC
Pierre HURMIC et le groupe des élus verts à BORDEAUX
 
Les Verts Gironde :
Stéphane SAUBUSSE Président des Verts Gironde
Gérard CHAUSSET Secrétaire des Verts Gironde
 
Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Immigration
commenter cet article
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 01:47

Le journal Le Monde, dans un article intitulé "Cumulards et fiers de l'être" a interviewé Gérard Collomb, le maire de Lyon et ses propos sont révélateurs de l'état d'esprit des élus cumulards.

"Vice-président au Grand Lyon, c'est une profession à temps plein. Qui peut y passer ses journées pour 1 800 euros par mois ?", demande-t-il.

Mais Monsieur Collomb, savez-vous quel est le salaire minimum en France ? Pensez-vous que le travail même à plein temps d'un élu mérite un salaire plus important que celui d'un maçon, un routier, une femme de ménage, une caissière de supermarché ou d'une serveuse de restaurant ?

Mais pour qui vous prenez-vous ?

Malheureusement, il n'est pas le seul à penser cela. Salaires mirobolants, horaires de travail adaptables à volonté, avantages de toutes sortes, voiture avec chauffeur, etc, etc, étant donné que tout cela est payé par le contribuable.

Pendant ce temps-là, d'autres vivent avec le RMI ou le RSA, avec 450 € par mois, se demandant s'ils auront encore de l'argent pour se nourrir à la fin du mois. D'autres encore, vivent à la rue et fréquentent les associations caritatives pour se nourrir.

Avant-hier, j'ai accompagné une famille dans une de ces associations. Il y avait là des gens qui venaient chercher de quoi se nourrir, une fois par mois. Le reste du temps, ils devront se débrouiller, tant bien que mal, faisant des sacrifices que seuls les pauvres peuvent supporter tellement ils en ont l'habitude.

Mais ces élus qui crient au scandale, parce qu'on veut leur supprimer le cumul des mandats, des pauvres, ils n'en voient que dans leurs permanences, quand ils en font, parce que d'habitude ils vivent entre eux, de réunions en déjeuners, d'inaugurations en sorties parisiennes.

Le lien avec le peuple, dont ils nous parlent tant, il n'existe (si on peut dire) que pendant les campagnes électorales. A ce moment-là, le peuple peut se lâcher, dire ce qu'il veut aux élus-candidats parce que, pour une fois, ce sont eux qui viennent quémander. Non pas de l'argent, non pas un logement ou un travail, non, ils viennent demander un vote. Un misérable vote et pour cela ils sont prêts parfois à se faire engueuler.

Une fois réélu, l'élu cumulard rentre dans les palais de la république et il fait tout pour oublier ces affreux individus sans éducation qui ont osé s'en prendre à lui, lui dire qu'on ne le voyait jamais, lui dire qu'il ne s'occupait pas des gens.

 

Mais comment veulent-ils qu'il s'occupe d'eux ? Il passe déjà tellement de temps à s'occuper de lui. Il doit s'imposer, encore et encore. Dans son parti, dans sa collectivité, ailleurs aussi. C'est un métier difficile. Alors, s'il ne touchait que 1800 €... Quelle honte !

Mais 1800 €, c'est le salaire cumulé de deux caissières de supermarché, c'est le montant de quatre RSA, c'est 1,8 fois le salaire minimum d'un ouvrier.

Mesdames, Messieurs les élus, redescendez sur terre.

OUI au non cumul des mandats, OUI au mandat unique, NON au statut de l'élu.

Si cela ne vous convient pas, ne vous présentez pas aux élections. Personne ne vous oblige à être candidats. Vous pouvez toujours aller travailler dans le privé, faire preuve de vos compétences, mériter vraiment votre salaire. En politique, on peut être mauvais. Il suffit d'être beau parleur et souvent le tour est joué.

Dans le privé, si vous faites mal votre travail, vous êtes virés. C'est peut-être cela qui vous fait peur.

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Salades
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 16:30
Vous faites quoi ce week-end ? Vous ne savez pas ?
Voici donc le festival à ne pas rater... C'est à Bègles.

(Pour voir correctement l'affiche, cliquez sur le titre de l'article)



Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Culture
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 07:30
Aujourd'hui c'est le grand jour pour les socialistes.

Ils vont voter pour la rénovation du parti socialiste. Enfin, pas tout à fait quand même.

Ils vont en fait voter sur un certain nombre de questions que leur pose la direction du parti, questions dont la plupart n'ont pas raison d'être étant donné que la direction a déjà mandat pour mener à bien un certain nombre de missions sans avoir de nouveau à demander l'avis des militants.

Pourtant, il y a deux questions plus importantes que les autres et auxquelles les militants n'ont pas encore été invités à donner leur avis. Il s'agit des primaires pour désigner le candidat à l'élection présidentielle et du non-cumul des mandats.

Je pense que les militants vont répondre oui à ces deux questions. Tout le monde sera content et ils n'auront pas avancé d'un centimètre.

En ce qui concerne les primaires, si elles ont lieu sous forme de spectacle médiatique diffusé à 20H30 à la télévision, je crains que le ridicule de 2007 se renouvelle et que l'image donnée soit plus négative que positive.

Pour ce qui est du cumul des mandats, les militants voteront pour les limiter mais ce vote ne sera pas suivi d'effet.

D'abord, la question est mal posée car seuls les parlementaires sont concernés par cette mesure. Autant dire que cela est injuste et il faudrait l'élargir aux autres mandats. Ainsi, nous avons plusieurs cas sur l'agglomération bordelaise où un maire est aussi vice-président de la CUB et vice-président du conseil général ou régional.

Il a ainsi trois mandats importants (même si le poste à la CUB est la conséquence de son mandat de maire) et on est en droit de se demander comment il arrive à les assumer correctement. Parfois, il a même un travail dans le privé en plus.

Cela ne vous a pas échappé qu'un député avec un mandat local en plus peut assumer peut-être mieux ses mandats que celui qui ne l'est pas mais qui occupe quand même trois postes très importants.

Mais je crains surtout que cette mesure ne soit que destinée à calmer la colère des militants et qu'elle ne soit pas suivie d'effet. Les "grands" élus locaux, sont presque tous opposés à ce que cela devienne effectif car il sont les premiers concernés.

Dans tout cela, seuls les concurrents, ont intérêt à ce que cela passe car ils auront de cette façon la possibilité d'affaiblir les grands patrons sans leur tenir tête directement et ainsi s'attirer leurs foudres.

Trois exemples en Gironde. Philippe Madrelle, sénateur et président du Conseil Général ainsi que Alain Rousset, député et président du Conseil Régional et Michel Sainte-Marie, député et maire de Mérignac. Ils sont tous les trois concernés par cette question du non-cumul des mandats.

Si les militants votent oui à cette question, ils devraient abandonner un de leurs mandats. Pas de suite rassurez-vous. Tout est prévu pour que cela finisse aux oubliettes.

D'abord, je pense qu'ils refuseront de démissionner d'un des mandats et personne ne pourra les y obliger. Ensuite, ils argumenteront que s'ils abandonnent le mandat local, la collectivité passera à droite. Ensuite, et là aussi c'est un faux argument, ils diront qu'un élu national doit avoir un mandat local pour ne pas perdre le contact avec les électeurs.

Tout cela est du pipeau ! Rien n'empêche un parlementaire d'aller à la rencontre des électeurs comme ils saven,t le faire si bien lors des campagnes électorales. Les marchés, il y en a toute l'année. Non, monsieur le député, les marchés ne sont pas créés juste pendant les campagnes électorales pour que vous puissiez aller voir les gens à ce moment-là.

Rien n'empêche aussi le parlementaire d'aller faire un tour dans les quartiers, à la rencontre des commerçants et des gens qui y habitent. Rien n'empêche le député d'aller rendre visite aux ouvriers sur leur lieu de travail, d'aller visiter un hôpital sans les journalistes, d'aller à la rencontre des professionnels pour avoir leur avis sur telle ou telle question.

Tiens, par exemple, si les députés se donnaient cette peine, ils se rendraient compte que la baisse de la TVA qu'ils ont votée ne sert qu'à engraisser le compte en banque des patrons des bars-restaurants. J'ai vu il y a quelques jours un établissement qui affichait fièrement la baisse du prix du café qu'il vendait avant la baisse à 1,80 €.

Si les parlementaires sortaient un peu à la rencontre des habitants, ils auraient ce "pied sur le terrain" et pourraient se rendre compte de ces anomalies.

Alors aujourd'hui, les militants socialistes vont voter. Et demain, tout continuera comme avant, ou presque.

On en reparlera... 
Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Parti Socialiste
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 02:00
Non, non, non ! Je ne veux plus laisser de message. Parce que des messages j'en ai déjà laissé plusieurs.

En effet, j'ai appelé à plusieurs reprises la mairie de Bordeaux et j'ai demandé à parler à Pierre de Gaétan Njikam, chargé de mission auprès d'Alain Juppé.

Les dames du cabinet filtrent tellement les appels pour Gaétan Njikam qu'il est impossible de lui parler. Alors, la question est toujours la même : 

- Vous voulez laisser un message ? C'est à quel sujet ?

On se croirait dans un sketch ou bien dans la peau d'un pauvre vendeur qui fait du porte à porte et à qui on pose cette question pour se débarrasser de lui.

Sauf que, le sujet pour lequel je souhaite m'entretenir avec  Gaétan Njikam est important. Je connais très bien la 2ème circonscription et je veux adhérer à l'UMP. Cela devrait être un bon motif pour me recevoir rapidement.

Vous ne me croyez pas ? Vous vous rappellez, il y a eu des élections législatives en 2007... Remarquez, c'est peut-être pour cela qu'il ne veut pas me recevoir.

Voyons Gaétan, c'est du passé tout ça...

Bon, il parait que du côté du Palais Rohan on lit ce blog. Je téléphonerai de nouveau demain. A moins que cette fois ce ne soit Gaétan qui m'appelle.
Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Coup de bec
commenter cet article
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 14:40

J'aurais l'occasion de revenir sur In Cité dans un prochain billet car cela faisait bien longtemps que je voulais en parler.

Le clash d'hier au conseil municipal entre Alain Juppé et Matthieu Rouveyre au sujet de cette société, la réaction du groupe socialiste lors du vote et les billets des blogs de Fabien Robert et Matthieu Rouveyre m'obligent à poser une petite question.

Tout le monde a entendu parler des pratiques de In Cité, tout le monde sait que In Cité ne fait pas vraiment du logement social, alors, pourquoi est-ce que des organismes comme le Conseil Général, le Conseil Régional, la Communauté Urbaine de Bordeaux et bien entendu la mairie de Bordeaux, continuent à s'impliquer financièrement au sein de cette Société d'Economie Mixte ?

Il y a des fois des choses qui m'échappent. Mais qui ne m'étonnent plus...

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Salades
commenter cet article
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 09:10
Parfois c'est terrible de vieillir et je me demande si ce n'est pas pour cette raison qu'on fête les anniversaires afin de mieux passer ce moment difficile qui revient tous les ans.

A l'occasion de l'anniversaire d'un ami, fidèle à mes habitudes, je veux lui rappeler que cela fait un petit moment que je suis rendu compte qu'il vieillissait mal.

Il n'y a pas si longtemps que ça, il tenait le coup jusqu'à deux heures du matin, lorsque nous allions coller des affiches ensemble, et parfois la nuit continuait au restaurant jusqu'à cinq, six ou même sept heures du matin.

Il y a deux ou trois mois, j'ai compris vraiment qu'il vieillissait. Et mal !

Il est parti se coucher à onze heures du soir. Là, je me suis dit, il est fini le pauvre. Il vieillit.

J'ose espérer que ce n'était qu'un coup de fatigue et qu'on aura encore l'occasion de boire quelques bouteilles ensemble et cela jusqu'au petit matin. En compagnie de sa chérie, bien sur.

Joyeux Anniversaire !


Nota : L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Mais il faut bien mourir de quelque chose...
Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Divers
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 17:59
Sujet polémique s'il en est, le logement social a été évoqué aujourd'hui au conseil municipal de Bordeaux avec la mise en cause de la politique de la société In Cité.

Société critiquée pour ses méthodes aussi bien par les élus que par les bordelais, certains ayant même interpellé Alain Juppé en pleurant lors d'un conseil de quartier, In Cité est une société financée par plusieurs collectivités locales mais aussi par des financements privés.

In Cié devrait faire du logement social mais il semble qu'elle cherche surtout à faire des bénéfices en vendant bien au dessus du prix du marché certains de ses immeubles.

Lors de cette séance du conseil municipal, Matthieu Rouveyre, piqué au vif par une critique au sujet de sa qualité d'administrateur d'In Cité et pour ses votes au conseil d'administration de cette société, a annoncé sa démission dès demain du conseil d'administration d'In Cité.

Pour ma part, je regrette qu'il n'ait pas médiatisé les méthodes de In Cité, lui qui avait accès aux dossiers en sa qualité de membre du conseil d'administration, qu'il n'ait pas fait savoir publiquement ce qui s'y passait et comment In Cité arrivait à s'imposer dans des quartiers comme Saint-Michel, dont il est l'élu.

Cette délibération a aussi été l'occasion de refaire la passe d'armes habituelle (certains appellent cela du cinéma) entre Fabien Robert et Matthieu Rouveyre qui donnent l'impression de ne pas avoir terminé leur campagne électorale ou bien d'avoir déjà commencé la prochaine.

Mais le plus ridicule a été surtout le moment du vote de cette délibération où, malgré deux appels au vote de Alain Juppé, personne n'a voté contre alors que le débat laissait supposer cette option.

Quelques minutes plus tard, le groupe socialiste a demandé à modifier son vote ce que le maire a refusé et a provoqué le départ des élus socialistes.

Soyons francs, Alain Juppé avait raison, les élus socialistes ont été bien légers lors de ce vote. La vidéo qui sera mise en ligne permettra de vérifier cette information.

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Bordeaux ville
commenter cet article

Présentation

  • : Mouette Rieuse
  • : Blog militant
  • Contact

Recherche