Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 20:00

Tant qu'une vraie politique d'accueil et d'accompagnement de ces enfants et de leurs parents au sein des établissements scolaires n'est pas mise en oeuvre, la plupart des enfants roms resteront en échec.

Les enfants roms scolarisés pour la première fois en France sont non-francophones et n'ont pour beaucoup jamais été scolarisés auparavant.Deux dispositifs existent qui sont censés assurer leur adaptation : les élèves du primaire peuvent être regroupés en classe d'initiation (CLIN); les élèves du secondaire, selon qu'ils ont été ou non scolarisés dans le pays d'origine, peuvent être accueillis dans des classes d'accueil (CLA) ou (CLA-NSA) pour ceux n'ayant jamais été scolarisés antérieurement.

Ces classes regroupent de manière souple (pour certaines matières et avec des entrées et sorties permanentes), de petits effectifs (15 élèves maximum) avec l'objectif de rejoindre les autres classes. Or souvent, les inspections d'académie ne mettent en place aucun de ces dispositifs spécifiques et les enfants roms sont scolarisés directement en classe ordinaire, même s'ils ne parlent pas français et vont à l'école pour la première fois.

Dans ces situations, les élèves roms se découragent très rapidement. Faute de moyens, l'accès des enfants à ces classes ou l'ouverture de nouvelles classes peut prendre de nombreux mois.

Pourtant, comme pour tous les enfants, de beaux parcours scolaires sont possibles lorsque les conditions d'une fréquentation régulière sont réunies.

La responsabilité des pouvoirs publics par rapport à cette situation d'exception, à travers laquelle le principe républicain du droit et de l'obligation scolaire est bafoué, doit être assumé.

Quels sont les maires aujourd'hui qui, lorsqu'il s'agit d'enfants roms, respectent à la lettre leur obligation de "dresser la liste de tous les enfants résidant dans la commune et qui sont soumis à l'obligation scolaire" (Code de l'Éducation - Art. L 131-6) ?

Quels sont les Conseils Généraux qui prennent au sérieux leur mission de protection de l'enfance et ce qu'elle implique de soutien financier, matériel et d'accompagnement social pour garantir une scolarisation effective de tous les enfants ?

Quelles sont les inspections d'académie qui ne se contentent pas d'attendre les demandes d'inscriptions que font remonter les associations mais se soucient des enfants pour lesquels personne n'a entamé de démarches, et qui mettent ensuite à disposition les moyens de les accueillir immédiatement dans les établissements ?

Les seuls intervenants sur le terrain sont aujourd'hui les associatifs, majoritairement bénévoles et submergés par l'ampleur des besoins, au point que certains sont acculés à "sélectionner" les enfants qu'ils inscrivent à l'école et ceux qui seront laissés de côté.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Immigration
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Mouette Rieuse
  • : Blog militant
  • Contact

Recherche