Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 10:44

La solution finale a été trouvée !

Les rroms de l'agglomération bordelaise vont jubiler quand ils apprendront les décisions présentées ce matin à la presse par le président de la CUB, Vincent Feltesse, dans les locaux du Cos, l'opérateur de la Mous Rroms.

Il a fallu 16 mois pour diagnostiquer 450 personnes, enfants compris, pour enfin décider de les reloger dans de petites structures dans différentes villes de la CUB.

Franchement, si on m'avait écouté il y a un an, ils auraient gagné beaucoup de temps.

Passons !

De ces 450 personnes, 200 vont être relogées et bénéficieront de facilités pour s'intégrer. Apprentissage de la langue, accompagnement vers l'emploi (peut-être), tout sera fait pour que les tsiganes deviennent de bons immigrés. 100 personnes, soit environ 20 familles, seront relogées dans les semaines qui viennent à Bruges, Bordeaux, Bègles, etc. D'ailleurs, ce matin, Vincent Feltesse et Noël Mamère, ont visité ensemble une de ces maisons destinées à accueillir les rroms.

Les emplacements restent secrets en raison du risque d'opposition de la population à l'arrivée de ces voisins indésirables, ce qui pourrait faire capoter le projet.

Après ces relogement, les pouvoirs publics feront raser tous les squats de rroms de l'agglomération et les 250 personnes restantes seront priées d'aller tenter leur chance ailleurs.

Le préfet de Gironde en a décidé ainsi, comme il décide de la méthode du casting, de ses règles et même du choix des heureux gagnants qui seront récompensés par une autorisation provisoire de séjour (APS) de trois mois qui ne leur donne pas le droit de travailler. D'ailleurs, 3 mois est la période pendant laquelle ils peuvent rester en France sans titre de séjour. Cherchez l'erreur !

Aujourd'hui, les associations de terrain, Médecins du Monde et Procom, présentes dans les squats depuis 2007, ne savent absolument pas qui a été choisi pour être relogé ou bénéficier d'un titre de séjour. Pourtant, aussi bien l'une que l'autre ont fait un travail considérable auprès de la population rrom. Pourquoi les autorités n'ont pas tenu compte de leurs avis ?

Pourquoi aussi avoir attribué des titres de séjour à des voyous, qui refusent d'envoyer leurs enfants à l'école, qui cherchent uniquement à bénéficier des allocations familiales sans à aucun moment manifester une volonté d'intégration ou de respect des lois de la république ?

A côté, des familles sérieuses sont restées ignorées des pouvoirs publics certainement victimes de la mauvaise connaissance de ces familles par l'opérateur de la Mous.

Un jour, il faudra qu'on m'explique.

Comme il faudra qu'on m'explique pourquoi certains squats n'ont jamais été diagnostiqués, d'autres ne l'ont été qu'à moitié et d'autres l'ont été à deux reprises (du moins les mêmes individus). Il faudra aussi expliquer pourquoi tout a été si secret, pourquoi aucun chiffre n'a été communiqué, pourquoi les comptes-rendus contenaient de fausses informations.

Qu'avait-on à cacher ? Et pourquoi le cacher ? Combien ont coûté réellement les deux phases de la Mous et l'accompagnement des 14 familles choisies ?

Je vais suivre cela de près et si un certain nombre de familles que je considère parfaitement en situation d'être accompagnées dans le processus d'intégration n'ont pas été prises en charge, en particulier les bulgares du squat de l'avenue Thiers ou les roumains relogées dans un appartement en ville (les pouvoirs publics comprendront !), je peux vous garantir que des actions seront menées. Je ne sais pas lesquelles mais on ne peut pas demander des efforts aux gens pendant des années pour ensuite les prendre pour des cons.

A bon entendeur !

Partager cet article

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Immigration
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Mouette Rieuse
  • : Blog militant
  • Contact

Recherche