Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 02:12

Cela fait maintenant une semaine que deux incendies se sont déclarés dans des squats d'immigrés dans l'agglomération bordelaise.

Le premier, vendredi en début d'après-midi, dans un squat de rroms roumains, le seul de l'agglomération bordelaise, situé à Cenon. Je vous en ai parlé ici à plusieurs reprises tout comme du combat qui nous a opposé au maire de cette ville.

L'autre squat qui a brûlé, est situé sur la commune de Bordeaux et était occupé par des bulgares turcophones. Une famille de rroms bulgares y habitait aussi. Un hangar industriel, recouvert d'éverite, où les bulgares ont construit des cabanes en bois. Chaque famille a sa cabane et on a l'impression de vivre dans un bidonville, la boue en moins.

Au dessus de leurs têtes, l'amiante en grande quantité qui, quand il a brûlé, est encore plus dangereux. Mais les habitants du hangar l'ignorent, ou ne comprennent pas, même si on a essayé de leur faire passer le message.

Ces deux situations sont la conséquence des conditions de vie, où les branchements sauvages au réseau électrique peuvent provoquer un drame à chaque instant. A l'intérieur des cabanes, des fours électriques, des grille-pains et autres plaques de cuisine servent de chauffages de fortune et je suis souvent surpris que les accidents ne soient pas plus nombreux.

A Bordeaux, la mairie a envisagé de reloger les personnes sinistrées la nuit même de l'incendie tout comme la nuit suivante. La première nuit, les habitants s'étaient évaporés dans la nature, ou dans d'autres squats. La deuxième nuit, j'ai demandé à la mairie de ne pas ouvrir le gymnase voisin car les bulgares avaient trouvé une solution de relogement.

A Cenon, au contraire, malgré le froid et la pluie, les 46 sinistrés, dont 25 enfants, certains des nourrissons et un bébé de trois semaines, aucune solution de relogement n'avait été envisagée ni par la mairie, ni par la CUB, propriétaire des lieux, ni par l'état malgré la présence de la directrice de la DDCS - Direction Départementale de la Cohésion Sociale (ex-DDASS). Vers 20 heures, tous les responsables présents sont partis, laissant les familles rroms sous un pont de chemin de fer, les gamins enroulés dans des couvertures.

Ils avaient passé l'après-midi dans le froid, ensuite sous la pluie, sans même pouvoir prendre un repas. Si des animaux étaient concernés, on aurait certainement eu plus d'égard envers eux.

Vers 20 heures, les nombreux militants associatifs ou politiques présents (NPA, Parti de Gauche, anarchistes) décident de transporter les rroms dans le gymnase Palmer, ouvert dans le cadre du plan grand froid.

Opération très rapide et efficace au point que ni les policiers présents ni même certains "militants" de la 25ème heure ne se sont rendus compte que les rroms n'étaient plus là.

Nous avons nous mêmes averti la préfecture de la Gironde de la présence des rroms dans le gymnase.

J'ai eu l'impression que certains se sont fait remonter les bretelles mais à partir de là les choses se sont mieux passées et la présence dusous-préfet de permanence a contribué à installer un dialogue constructif qui a apaisé les esprits et permis de trouver une solution pour le week-end.

Le lendemain, des repas chauds ont été servis par la mairie de Cenon et le maire a accepté certaines de nos demandes qui dataient depuis un an et demi à savoir que les enfants rroms puissent manger à la cantine de l'école ou que les adultes puissent élire domicile (domiciliation administrative) au CCAS de la ville.

Par remords ou parce qu'il était en campagne pour les élections cantonales, ce maire qui m'avait donné l'impression d'être un monstre est devenu tout simplement un homme, sensible aux problèmes de cette population. J'ai alors eu l'impression qu'il était plus bête que méchant, certainement très mal conseillé par des vieux cons d'adjoints qu'il ferait bien de virer aux prochaines élections municipales.

J'ai eu aussi l'impression qu'il a souffert de cette image que nous avons donné de lui, lui qui se veut proche des gens. Je ne sais pas quoi penser, ce que j'ai constaté, c'est que ce n'était pas le même maire que j'avais rencontré dans son bureau et que j'avais mis au tribunal.

Mais lundi matin, parce qu'ils avaient donné leur parole à Madame le sous préfet, les rroms ont tenu à quitter le gymnase avant huit heures du matin. La veille, ils avaient repéré deux autres squats. L'installation dans l'un d'eux s'est avérée compliquée et ils se sont tous installés dans une maison abandonnée sur la commune de Lormont.

Des responsables et élus de la mairie se sont rendus sur place le matin même, gênés parce que la maison appartenait à des propriétaires privés mais ont toutefois apporté l'aide d'urgence dont avaient besoin les rroms avec le soutien d'associations locales.

Je ne sais pas si les rroms resteront longtemps dans ce squat. Ce que je sais, c'est qu'encore une fois, au lieu de trouver une solution sérieuse pour ce petit groupe, on le laisse errer de squat en squat en attendant 2012. Pourtant, dans ce groupe, sept adultes viennent d'obtenir un titre de séjour, ce qui fait que 20 personnes (enfants compris) devraient être relogées dans le cadre de la MOUS. Mais comme d'habitude, la MOUS n'a pas de solutions avant au moins quinze jours. Il faut dire que depuis plus d'un an, la MOUS n'a pas été capable de reloger de façon pérenne une seule famille. Pourtant, c'était sa mission principale. Volonté politique ou échec volontaire ? J'y reviendrai.

Pour terminer, je voudrais ici saluer l'engagement et le soutien des instituteurs et directeurs(trices) des écoles fréquentées par les enfants du squat. Que ce soit ceux/celles des écoles de Cenon ou de Bordeaux, ils/elles ont été extraordinaires et très présent(e)s. Chapeau !

Mais merci aussi à tous ceux, nombreux, qui pour la première fois se sont engagés auprès des rroms. Vous avez tous été extraordinaires !

Partager cet article

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Solidarité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Mouette Rieuse
  • : Blog militant
  • Contact

Recherche