Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 01:05

Bien malin celui qui est capable aujourd'hui de nous faire un cliché sérieux du positionnement politique des partis mais aussi des grands leaders médiatiques.

J'ai bien dit médiatiques car, en dehors de cela, il ne représentent pas grand chose parce qu'ils ne fournissent plus le travail pour lequel ils ont été élus et sont devenus des professionnels des caméras et autres objectifs de la presse. Toujours à la recherche de la petite phrase qui fera parler d'eux au journal télévisé, le petit mot qui fera mouche contre l'adversaire, ces politiques-là sont les bouffons de la république, comme les rois avaient les leurs.

Pourtant, ils ont un peu raison étant donné qu'aujourd'hui ce sont les médias qui font les candidats, y compris pour l'élection présidentielle.

En 2007, la presse sarkozyste a crée la candidate idéale de la gauche, celle qui était la plus vulnérable, la plus facile à battre. Des millions de français, grâce au lavage de cerveau de TF1 et de ses amis, ont pensé que la dinde du Poitou était la porteuse de la parole divine, peut-être elle même une déesse, capable de combattre le boucher du 92.

Le ridicule a atteint son comble lorsque les militants socialistes y ont cru aussi, obligés de soutenir celle qui avait été choisie par les militants de la 25ème heure, les premiers à être tombés dans le piège.

Tout cela ne serait pas bien grave si le petit cirque ne recommençait pas de nouveau. Aujourd'hui, la presse nous dit que seul le socialiste de droite DSK serait en mesure de battre Nicolas Sarkozy en 2012.

La situation est grave car cela voudrait dire que la grande majorité des français serait de droite et que la gauche n'aurait aucun candidat crédible à proposer.

Pour DSK, qui fait quelques apparitions dans les médias pour rappeler qu'il est encore socialiste, il est facile de ne pas se mettre les français à dos étant donné qu'il ne prend jamais position sur la politique en France ou sur les enjeux de société qui nous concernent.

Et la gauche dans tout cela ? Mais quelle gauche ? D'ailleurs, je me demande de plus en plus s'il y a encore une gauche en France, tellement le paysage politique est flou, illisible.

Après les propositions indécentes de la dinde du Poitou au paysan béarnais, après sa prise de position sur la régularisation des sans-papiers, après l'absence de position du PS sur ces mêmes régularisations (de tous les sans papiers et non pas uniquement de ceux qui sont là depuis plus de 10 ans), après les bouderies de Julien Dray du fait de ne pas être retenu comme candidat aux régionales, après les copinages en Languedoc-Roussillon avec Georges Frêche, après le silence des socialistes sur tellement de dossiers importants, après... après... on est droit de se demander où se situe le plus grand parti dit de gauche.

Mais la question se pose aussi pour les autres partis, incapables de suivre une ligne idéologique jusqu'au bout, trop pressés de devenir les vassaux du PS juste en échange de quelques places en position éligible.

N'y a-t-il plus de valeurs e politique ? N'y a-t-il plus d'honneur ?

Je ne vous parlerai pas de la droite, elle ne fait qu'une (ou une et demie), la grande partie phagocytée par Nicolas Sarkozy, à ses ordres et prête à perdre son âme lorsque la colère présidentielle se fait sentir. Plus loin, vers la droite, la dynastie Le Pen continue à s'installer, comme un cancer incurable qui s'installe durablement pour mieux attendre son heure et faire crever la société.

Alors, pour les prochaines élections régionales, il faudra bien lire les professions de foi, parfois les programmes (mais ne perdez pas trop de temps, les candidats une fois élus ne les respectent jamais), et surtout, poser clairement la question pour savoir quelles seront les alliances au deuxième tour. Verts, Modem, PS, PG, PCF, tout cela ne veut plus rien dire. La seule certitude, c'est que quand vous mettez un bulletin UMP, Nouveau Centre ou FN dans l'urne, vous votez pour la droite. Bien à droite.

Ah, parfois je regrette que l'UDF n'existe plus... C'était la droite, je sais, mais parfois cela ressemblait à la gauche. De nos jours, tout ressemble à la droite.

Faites vos choix, messieurs dames... Prenez un lot, ils sont en promotion...

Partager cet article

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans National
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Mouette Rieuse
  • : Blog militant
  • Contact

Recherche