Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 01:46

Quinze ans jour pour jour après la mort de François Mitterrand, les socialistes défilent à Jarnac sous l'objectif des caméras et autres photographes de presse pour bien montrer qu'ils sont socialistes, héritiers de Mitterrand, comme si les français en doutaient.

Vous en conviendrez, c'est ridicule, comme est ridicule le résultat du sondage qui a pour but de nous faire croire que le véritable héritier de François Mitterrand est Dominique Strauss-Khan. Ou alors, dans le questionnaire du sondage, il y avait certainement une question comparant l'étalon du FMI à l'étalon de l'Elysée que fut Mitterrand. Il est vrai que sur ce point, DSK est bien placé.

Cela dit, je me pose la question depuis longtemps sans comprendre qu'est-ce que les français peuvent trouver à DSK pour le placer en tête des présidentiables face à Nicolas Sarkozy. Il ne dit rien, il ne fait rien et passe son temps entre les USA et le Maroc. C'est à se demander si les autres candidats ont compris quelque chose à la politique. Ou alors les français ?

Mais tout cela n'est pas bien important en ce 8 janvier 2011 à côté de ce qui se passe dans notre bonne ville de Bordeaux.

La plus importante campagne électorale de l'année vient d'être lancée à Bordeaux. Les cantonales vont se jouer ici, sur le deuxième canton de Bordeaux, entre une conseillère générale sortante et un ministre via une candidate prête nom. Oui, la campagne cantonale se fera en réalité entre deux camps, le camp Delaunay et le camp Juppé.

Dans le camp Delaunay, les généraux viennent à la rescousse de celle qui est en mauvaise posture, plus habile à communiquer qu'à engager des actions pour le canton, seule conseillère du département à remettre ses dossiers FDAEC tous les ans très en retard au point de faire perdre quelques cheveux au jeunes assistants du groupe PS au Conseil Général. Philippe Madrelle, Gilles Savary et certainement encore quelques autres "grands élus" viendront tous soutenir les troupes et la candidate en campagne, peut-être avec quelques surprises ou promesses dans les valises.

Dans le camp Juppé, le "général" est venu ouvrir les hostilités ce 8 janvier, jour d'anniversaire de la candidate PS et a surtout donné ordre à ses lieutenants de s'engager avec fermeté auprès de l'adjudant de compagnie qu'est Anne Marie Cazalet. Et comme de bons militaires, ils obéissent tous au ministre de la défense.

J'aurais l'occasion de suivre cette élection et de vous donner mon sentiment. Ce que je peux vous dire dès maintenant, c'est que si j'habitais dans ce canton, je ne voterai ni pour l'une ni pour l'autre. Un changement ne ferait pas de mal et cela montrerait à tous ces professionnels de la politique que nous en avons marre de cette façon de faire. D'ailleurs, cela me fait penser qu'encore une fois, ils vont être payés pour faire campagne. Dans le cas de la députée de Bordeaux, depuis son élection en juin 2007, le contribuable l'a déjà payée lorsqu'elle a fait la campagne municipale de Alain Rousset en 2008 et cela pendant plusieurs mois tout comme pour les européennes, les municipales en 2010 à Bruges où elle a été très engagée et puis maintenant de nouveau pendant ces trois mois de campagne cantonale. Eh oui ! Elle va toucher des indémnités de députée pour faire la campagne cantonale. C'est injuste mais c'est la politique.

Mais ce n'est pas grave car cette campagne est pleine de promesses entre ces deux êtres qui ont tellement de choses en commun.

Ils ont tous les deux été élus de la 2ème circonscription de la Gironde. Ils se battent aujourd'hui pour le 2ème canton. Ils vont tous les deux passer des vacances à Hossegor dans les Landes à la même période. Ils ont tous les deux le même âge. Delaunay ne pourrait pas exister médiatiquement sans Juppé. Par contre, Juppé peut très bien faire sans Delaunay.

Nous aurons certainement l'occasion de les retrouver dans les prochaines semaines sur le terrain, bien décidés à faire gagner leur camp. La victoire ira à celui qui aura le plus envie de gagner, sachant que Juppé sera toujours le gagnant. Si Cazalet l'emporte, c'est Juppé qui gagne. Si Cazalet perd, c'est juste Cazalet qui perd car Juppé saura expliquer que ce n'était pas lui qui a mené la campagne. Malin, n'est-ce pas ?

Mais la victoire dépendra aussi de la motivation et de l'engagement des équipes de campagne. Côté Delaunay, je ne suis pas sûr que les troupes soient nombreuses à moins que Philippe Madrelle donne ordre à ses agents-militants de venir soutenir Delaunay. Il faut dire qu'elle en décourage plus d'un en campagne et les volontaires sont peu nombreux pour supporter son caractère.

Côté Juppé, le fait que celui-ci soit devenu ministre doit certainement faire réflechir ceux qui hésitaient ou se posaient des questions et doivent maintenant craindre la colère ministérielle s'ils ne faisaient pas campagne. Il me semble cependant qu'il y a un peu trop de chefs dans cette équipe et ce n'est jamais trop bon dans une campagne. En général trop d'ordres créent le désordre et la confusion et découragent les militants.

Que les meilleurs gagnent !!! Et puis en 2012 il y aura encore un 8 janvier...

Partager cet article

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Campagne électorale
commenter cet article

commentaires

Thérèse 31/01/2011 15:00


étalon par ci, étalon par là ... la politique française est devenue un haras !


Tietie007 10/01/2011 17:15


Le monde évolue, et le socialisme avec !


Présentation

  • : Mouette Rieuse
  • : Blog militant
  • Contact

Recherche