Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 05:00

Autant vous le dire de suite, je ne suis pas du tout pour le petit cirque qui se met en place pour soit-disant sauver La Poste.

Cela fait bien longtemps que La Poste est en perdition. D'une part parce que les syndicats ont laissé faire, d'autre part parce que ses salariés (j'ai faillit dire ses agents) n'ont pas été assez combatifs, certainement par peur de ne pas pouvoir payer le crédit de la maison ou de la voiture, mais aussi parce que les élus, de droite ou de gauche ont laissé faire parce qu'ils ont abandonné depuis longtemps l'idée qu'il puisse encore avoir un service public en France.

La Poste est devenue une société commerciale, obligée d'être rentable sous peine de voir ses agences fermées. Là où elle symbolisait ce qui restait des services publics de la République, là où chaque citoyen avait l'impression d'appartenir à un pays où chacun avait la même importance, la fermeture des bureaux de poste a été le coup mortel pour le moral des petits villages abandonnés à leur isolement, à leur entêtement de vouloir s'accrocher à leur terre, de vouloir la civilisation sans en faire partie.

La Poste était le dernier lien social pour beaucoup de français, parfois le facteur était le seul être humain que certains voyaient dans la semaine.

Aujourd'hui, La Poste est une société comme une autre, à la recherche du profit, vendant tout et n'importe quoi.

Ses facteurs ne vous apportent plus de lettres d'amour mais seulement des factures et autres mauvaises nouvelles mais surtout,  ils distribuent la publicité des grandes enseignes, au détriment de sa tâche principale, le courrier.

Les agents restent peu de temps sur leur secteur, ils ne connaissent plus leurs "clients". Leur travail devient de plus en plus pénible et le temps de tournée de plus en plus court.

La Poste s'est aussi engagée dans des activités bancaires. Autrefois la banque des pauvres, elle n'ouvre plus de comptes bancaires aux plus démunis, aux exclus du système bancaire. La Poste pratique la discrimination à l'ouverture d'un compte ce qui n'est pas à son honneur.

J'ai à plusieurs reprises orienté des personnes vers les services de La Poste pour ouvrir un compte bancaire. En agence, aucun problème. Lors de la validation des comptes par les services financiers, le refus était systématique. Cette démarche a été renouvelée auprès de banques privées et cela n'a posé aucun problème.

Alors, comment défendre une institution qui devrait assurer un service public, qui devrait garantir le droit élémentaire de chaque citoyen (accès à un compte bancaire) et qu'elle refuse parce que ce citoyen est pauvre ou étranger ?

Non, je ne peux pas défendre une société qui nous dit assurer un service public alors qu'elle ne recherche que le profit. Une société de service public n'est pas là pour faire du bénéfice, si elle en fait tant mieux, mais si elle n'en fait pas, à la société d'en assurer le fonctionnement. A elle d'assurer sa mission dans le respect de chacun et de son statut.

La Poste est aussi devenue une société complice de transferts d'argent d'origine douteuse. Je me rappelle le temps où mes parents devaient présenter leurs fiches de paie pour envoyer leurs maigres économies au pays. De nos jours, chacun peut envoyer d'énormes sommes d'argent à l'étranger sans justifier de la provenance. La Poste, via Western Union, est devenue complice de l'exploitation d'êtres humains et d'autres trafics peu honorables.

J'espère qu'un jour, une commission d'enquête parlementaire mettra à jour le montant des sommes douteuses qui transitent illégalement par La Poste. Pour La Poste, peu importe d'où vient l'argent pourvu qu'on paie le montant du transfert.

Comment parler encore de service public de qualité quand vos lettres arrivent dans la boîte aux lettres des voisins, quand le courrier n'est pas distribué le samedi où que le bureau de poste n'est pas ouvert entre midi et deux y compris en zone urbaine ?

Comment parler de service public quand la Banque Postale vous change le montant d'un découvert à sa convenance sans vous avertir et qu'elle vous met dans l'embarras, parfois même en interdiction bancaire ?

Comment parler de service public lorsque vous vous adressez à La Poste et que pour tout un tas de dysfonctionnements vous ne trouvez jamais le même interlocuteur ?

Non, je n'ai pas envie de défendre cette poste là. Si cela doit changer, que cela change et que chacun assume les responsabilités de ce changement.

Nous ne pouvons pas nous battre pour défendre quelque chose qui devrait être un symbole et qui n'est en réalité qu'une société comme une autre. Que défendons-nous exactement ?

Un véritable service public qui n'existe plus depuis longtemps ou bien les privilèges de quelques agents qui ont peur d'être obligés de travailler ?

Cela me fait penser aux suicides à France Telecom. Au delà des drames, il faut se demander pourquoi le management commercial et la culture du résultat posent problème. Il en sera certainement un jour pareil à La Poste.

Il sera aussi trop tard pour se poser la question. Mais on peut se demander dès aujourd'hui, à qui la faute ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans National
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Mouette Rieuse
  • : Blog militant
  • Contact

Recherche