Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 16:12
Aujourd'hui c'est dimanche. Pour beaucoup d'entre nous, les dimanches sont des journées tranquilles, où nous pouvons profiter de la famille ou tout simplement profiter de la vie.

Pour les rroms, les dimanches sont comme les autres jours, parfois même pires.

C'est le cas de cette journée. Tout commence par une fumée qui s'échappe d'un squat situé face au CREPS à Talence. Un automobiliste appelle les pompiers et tout se déclenche.

Les pompiers constatent qu'il n'y a pas eu de départ de feu, font les contrôles nécessaires, il n'y a pas non plus de monoxyde de carbone mais que l'installation électrique est dangereuse et que le poêle à bois est tout proche des lits. Un incendie peut démarrer rapidement.

EDF est appelée pour couper le courant et les pouvoirs publics ainsi que le propriétaire des lieux alertés. Le courant est coupé mais les rroms ont tous disparu.

Du coup, ils vont se retrouver dans des conditions encore plus précaires qu'ils ne l'étaient.

Je suis moi aussi appelé par le maire de Talence en personne. J'étais déjà en route et arrivé sur le squat, je n'ai trouvé que la situation que je connais depuis longtemps.

Les rroms se chauffent avec des poêles à bois mais cela se fait dans tous les squats. Des bidons reliés à des tuyaux d'évacuation de fumée qui leur ont bien rendu service pour se chauffer au plus fort du froid. Mais les pompiers et le maire découvraient la situation. Bien sur que les appareils ne sont pas aux normes mais est-ce que qu'on peut s'attendre à trouver des appareils NF dans les squats ?

La décision est prise de fermer le squat après un entretien avec le préfet délégué.

Par peur d'être délogés par les forces de l'ordre, certains rroms ont repris le caddie de supermarché pour faire de nouveau le déménagement. Certains d'entre eux en sont au 5ème ou 6ème squat depuis moins de six mois.

Chaque fois qu'on ferme un squat on déplace la population qui y habite sans trouver une solution stable à sa situation. Par exemple, il y a quelques mois, un squat situé sur Pessac a été fermé en urgence, les rroms bulgares logés à l'hôtel, ensuite certains sont partis en Bulgarie, d'autres se sont enfuis de l'hôtel et sont partis s'installer dans un autre squat. Ironie de l'histoire, ils sont repartis aujourd'hui dans le squat évacué en urgence.

Ils ne sont pas expulsables parce qu'ils ont compris comment fonctionne le système. Ils savent qu'ils doivent quitter le territoire au bout de trois mois mais qu'ils peuvent revenir.

Alors que faire ?

Dans ce cas précis, le propriétaire des lieux leur avait dit à plusieurs reprises qu'il voulait démolir. Je ne suis pas sur qu'ils aient bien compris son souhait. Mais dans tous les cas, il est important de discuter avec eux. Leur demander ce qu'ils veulent faire. Quel est leur projet en France ? Quels sont leurs souhaits pour leurs enfants ?

Nous essayons de faire cela avec les associations même si parfois c'est difficile. Mais les pouvoirs publics ne font presque jamais la démarche pour comprendre les rroms.

Les décisions se prennent sans eux ce qui a pour effet de ne jamais avoir d'issue positive.

Les pouvoirs publics ne parlent pas avec les rroms mais ils ne demandent pas non plus l'avis des associations. Il serait temps que nous nous mettions tous autour d'une table pour en discuter. État, collectivités locales, associations et bien sur les rroms.

Pouvons-nous continuer à fermer les yeux pour ne pas voir des situations qui existent sur Bordeaux depuis plusieurs années ? Allons-nous continuer à laisser des centaines de personnes dans les squats jusqu'à ce qu'il y ait des morts ? Alors là, oui, alors là, tout le monde va se bouger.

Je ne demande pas qu'on loge les 500 personnes qui habitent dans les squats de l'agglomération. Je demande juste qu'on essaie de construire un projet avec ceux qui le souhaitent, avec un véritable contrat d'intégration, avec des droits et des devoirs où chacun connaît les engagements qu'il prend afin de pouvoir envisager un avenir plus serein.

Nous avons tous une responsabilité dans cette situation parce que nous ne la dénonçons pas assez, parce qu'elle nous est souvent indifférente. Par manque de connaissance de la situation , par peur de l'étranger, par convictions racistes parfois.

Pour changer cette situation qui dépasse largement le territoire de la CUB parce qu'il est national mais aussi européen, j'espère que les partis politiques mettront ce sujet au sein de leur programme pour les prochaines élections européennes. Je crains que cela sera difficile car il y a quelques jour, j'en ai parlé avec un député européen et il me semblait qu'il ignorait tout non seulement des rroms mais aussi des mesures discriminatoires dont ils sont victimes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Coup de bec
commenter cet article

commentaires

Thérèse 03/02/2009 22:35

Ca, ça a le don de me taper particulièrement sur les nerfs, mes pauvres petits nerfs qui n'ont déjà pas besoin de ça !!!

Punaise !!! mais si les proprios ne veulent pas qu'on leur squatte leur foutu immeuble, ils n'ont qu'à l'habiter !!! ou le louer, s'ils préfèrent, et de préférence à des tarifs corrects, et non pas prohibitifs !!! Sinon, il ne faut pas qu'ils s'étonne qu'on l'occupe !!!

Quant aux histoires de chauffage, de danger, etc .. qu'est-ce qui est préférable ? Risquer une intoxication dedans ? ou crever de froid à coup sûr dehors ?

Les chauffages ou les branchements électriques ne sont pas aux normes ? ben, les services publics n'ont qu'à les installer eux-mêmes, les normes !! et puis c'est tout !!! Comment feraient-ils, à la place des squatters ? Ben, ils feraient pareils, sauf qu'ils s'autoriseraient à tout mettre aux normes !!!

Si les gens, et les proprios en particuliers, s'imaginent que c'est par plaisir qu'on vit dans ces conditions !!!

au demeurant, il y a assez d'immeubles vides et en parfait état dans Bordeaux et dans la CUB pour loger tous les squatteurs qui passent !!! Et c'est ILLEGAL, d'après les lois, de les laisser vides !!! Bon sang, mais qu'est-ce qui prime ? le droit à la vie ? ou le droit de la propriété ?

Et tous les bureaux vides ? et tous les commerces vides depuis tant d'années, faute de reprises ? pourquoi ne les transforment-on pas en logement, et aux normes, de préférence !!! ?

C'est facile d'accuser les gens de squatter, alors que c'est illégal de laisser un logement vide sous peine de réquisition (si seulement ces lois étaient appliquées !!! pourquoi ne le sont-elles pas) ???

C'est facile d'accuser les gens de mendier et de ne rien faire, mais ce ne sont pas eux qui ont inventé le chômage de masse !!! les licenciement collectifs, les procédures abusives, et j'en passe !!!

Logement .. Comment c'est bizarre ... à Bordeaux, il y a toujours du Fric pour faire des miroirs d'eau, des Lions bleus hideux, etc, mais jamais pour faire des logements sociaux ... (ou mêmes pas sociaux ...) S'ils veulent des emplacements, des immeubles à rénover, moi, pas de problèmes, je leur en trouve !!! c'est ma spécialité..

Quand vous voyez des projets qui trainent, genre Caserne Niel .. mais qu'est ce que ça attend ? Surtout en ce moment ou l'Etat débloque plein de fric pour le logement social !! c'est le moment de sauter dessus .. mais non ! ça traîne .. on veut faire des machins artistiques .. ha oui, c'est génial, quand on claque des dents de froid, et qu'on se demande ce qu'on va manger demain, d'admirer des oeuvres d'art ...

" Quand se loger est un luxe, squatter est un droit ! "

Présentation

  • : Mouette Rieuse
  • : Blog militant
  • Contact

Recherche