Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 22:26
Après son élection en 2001 comme maire de Bordeaux, Alain Juppé, a mis en place le Conseil des Communautés Étrangères.

Spécialiste des effets d'annonce et avec la complicité de la presse parisienne, ce conseil a été présenté comme une preuve de la capacité du maire de Bordeaux à innover,à rassembler où même à tenir compte de la diversité dans sa ville d'adoption.

Un article de plusieurs pages a donc été publié dans l'hebdomadaire le Point, photos à l'appui, comme preuve de la sagesse du maire et sa capacité de mettre en place un genre d'arbre à palabres bien bordelais.

Assemblée générale de mise en place en présence de plusieurs diplomates et où chacun donnait au maire de Bordeaux du "Monsieur le Premier Ministre".

Alors que les étrangers communautaires sont majoritaires à Bordeaux,ils n'avaient obtenu dans ce conseil qu'un tiers des places, les restantes étant attribuées à la communauté affro-antillaise.

Ce choix m'avait déjà choqué à l'époque. Tout d'abord parce que les antillais étaient considérés comme des étrangers alors qu'ils sont français.Ensuite, parce que la communauté des éuropéens obtenait un nombre inférieur de places dans ce conseil alors qu'elle était majoritaire dans la ville.

Et puis, lors de l'inscription dans les groupes de travail, les représentants de certaines associations avaient été inscrits dans certaines commissions contre leur volonté.

A ce moment-là, toutes les associations portugaises sauf deux, n'ont plus siègé dans ce conseil qui dès le départ semblait être un gadget municipal inutile.

Malgré de nombreuses réunions ,le Conseildes Communautés Etrangères de la ville de Bordeaux a été incapable de prendre une seule mesure qui puisse changer quelque chose dans la vie des communautés étrangères.

Conscient de cela, Alain Juppé a transformé en 2007 ce conseil dans un nouveau gadjet, le Conseil bordelais de la Diversité. Cette appelation permettait de mieux assimiler en son seinles personnes originaires des DOM-TOM.

Ses membres sont issus des associations bordelaises représentatives et désignés par leurs pairs.

Ce nouveau conseil est sensé "débattre" sur quatres priorités au sein dequatre commissions :

- Valoriser lesrichesses deladiversité culturelle,
- Lutter contre les discriminations (en collaboration avec le Cobade),
- Mieux connaître et mieux faire connaître l'histoire de l'immigration sur Bordeaux,
- Vie quotidienne : la place des femmes dans la ville, la santé, l'accueil des arrivants dans la ville, l'accompagnement à la scolarité, le logement social, la lutte contre la prostitution, le soutien à la création d'entreprise.

Belles paroles ou belles intentions. Mais rien que cela. Avez-vous déjà entendu parler d'une seule initiative prise par ce conseil ou menée à terme ?

Encore une fois, j'ai l'impression que ce conseil est une institution destinée à faire plaisir à tous les responsables associatifs qui y siègent et que souvent sont en recherche de légitimité auprès de leur communauté. Vous savez, ce genre de personnes qui n'existeraient pas socialement sans un titre de président ou autre responsabilité associative.

Mais tout cela était en 2007. Parce qu'en 2008, Alain Juppé, jamais à court d'idées et surtout toujours prêt à rechercher de nouveaux électeurs et à contrôler les structures associatives, a fait importé l'attaché du groupe UMP au Conseil Général et artisan de sa campagne, Pierre de Gaétan Njikam, dans son cabinet municipal comme  chargé de mission.

Officiellement, il est chargé de  la diversité, de la vie associative et des conseils consultatifs.

En réalité, il est chargé de surveiller les communautés étrangères, de les infiltrer et d'en sortir le bénéfice maximum. Un peu comme un commercial. Mais ne fait-il pas partie du comité de perfectionnement de  l'ISEG de Bordeaux (École Supérieure de Commerce) ? Mais il est aussi le délégué général du Cobade ainsi que le délégué UMP pour la 2ème circonscription de la Gironde.

En clair, Pierre Gaétan Njikam est partout, c'est un spécialiste de l'infiltration des réseaux, un fidèle soldat au service de ses chefs.

Il est aussi ce que les noirs appellent un "bounty". Noir à l'extérieur, blanc à l'intérieur. C'est pour cela aussi qu'il a été choisi. Mais est-ce qu'il est encore noir ?

Ses récentes attaques contre la députée Michèle Delaunay montrent qu'il est aussi le porte flingue d'Alain Juppé.
Mais que connaît-il du travail de la députée? Rien. Et il me semble qu'il ne cherche pas à en savoir plus, tellement il est aveuglé par son sectarisme de courtisan.

Revenons sa fonction de chargé de mission. Depuis le mois de mars 2008, je ne l'ai jamais vu s'intéresser au sort des rroms bulgares ou roumains qui habitent à Bordeaux, ni à leur accueil, ni à leur accès à la santé, ni à la scolarisation de leurs enfants. En fait, j'ai l'impression qu'il est tellement occupé par ses responsabilités politiques qu'il n'a pas le temps d'assurer la mission pour laquelle il est rémunéré par la collectivité.

Mais s'il en a le temps et s'il le souhaite, je reste à sa disposition pour faire le point avec lui et lui faire des propositions pour l'aider à mener à bien sa mission.




Partager cet article

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Immigration
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Mouette Rieuse
  • : Blog militant
  • Contact

Recherche