Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 18:43
Il y a quelques jours, deux élus de droite (Jean-Louis David et Bernard Seurot) se sont positionnés sur l'équipement enTaser des polices municipales.

Jean-Louis David, maire-adjoint à Bordeaux, était contre, Bernard Seurot, maire de Bruges était pour.

Les expériences réalisées avec cette arme n'ont pas vraiment donné lieu à des études sérieuses sur ses conséquences pour l'organisme. La société qui commercialise le Taser nous la définit comme une arme facteur de paix sociale.

Sous prétexte qu'elle est équipée d'une caméra, elle empêcherait la contestation des conditions d'utilisation.
La société explique aussi que chaque utilisateur doit suivre une formation de deux jours. Cette formation est validée par un certificat d'aptitude (que délivre la société bien entendu).

Elle pousse le vice jusqu'à nous proposer de voter dans un sondage où elle demande qui devrait être équipé du taser. Y sont inclus même les particuliers. La société semble être dans une logique d'américanisation de la sécurité et seul le bénéfice qu'elle peut en tirer compte.

Revenons à nos élus. Beaucoup sont tentés d'armer leur police municipale. D'autres, plus sages, la désarment, s'étant rendus compte des résultats négatifs de l'armement de la police municipale.

Une police municipale désarmée, est une police proche des citoyens, une police de dialogue, une police de proximité.

Au contraire, une police municipale armée, est une police qui joue souvent aux cow-boys, souvent sans la formation nécessaire pour maîtriser l'utilisation de l'arme et ayant tendance à vouloir remplacer la police nationale.

Sans compter que, quand une unité est armée, il est souvent très difficile de la désarmer et cela crée des tensions énormes au sein du service, parfois même au sein de la mairie.

La mission des polices (nationale et municipale) doit être bien définie et complémentaire.

Dans notre région, nous n'avons pas les problèmes de délinquance que l'on rencontre dans d'autres grandes villes. C'est pour cela que j'ai été surpris de la position de Bernard Seurot. Aurait-il peur des hordes sauvages descendues des hauteurs de la rive droite pour attaquer les paisibles citoyens brugeais ?

Malheureusement, des maires de gauche sont aussi de son avis. Sous la pression de leurs administrés ou de leur police municipale, ils cèdent souvent croyant augmenter la sécurité dans leurs villes.

Il me semble qu'ils se trompent. Ayant moi-même participé à des patrouilles nocturnes lors des émeutes de 2005, j'ai pu constater que le dialogue s'instaurait plus facilement avec la police municipale qu'avec la nationale. Une police municipale qui n'était pas armée mais qui connaissait bien la population de la ville (28000 habitants).

Lorsqu'on a sur soi une arme, même un Taser, on a tendance à s'en servir. Par panique, par peur ou tout simplement par bêtise. Lorsqu'il n'y a pas d'arme, ce risque n'existe pas.

Ne tombons pas dans l'excès sécuritaire et laissons ce domaine à la police nationale ou à la gendarmerie. C'est leur mission et elle doit le rester.

Pour la police municipale, continuons à leur donner des missions en rapport avec leur statut, même s'il a évolué depuis les garde-champêtres.

Taser ou pas, cela reste une arme. Et une arme n'est jamais facteur de paix civile.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mouette Rieuse - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Mouette Rieuse
  • : Blog militant
  • Contact

Recherche